ToulEmploi

Publié le samedi 17 octobre 2015 à 10h56min par Ingrid Lemelle

Quels sont les avantages du temps partagé ?

Partager son temps entre différentes entreprises : un moyen d’accéder à l’emploi, parfois à temps plein, et surtout de s’assurer un salaire régulier. Grâce aux groupements d’employeurs.

Être salarié par plusieurs entreprises ? Une solution originale pour ceux qui se sentent capables de s’adapter quotidiennement, ou d’une semaine à l’autre, à un nouveau poste de travail. Encore peu répandu, le travail à temps partagé fait pourtant des heureux, côté employé et côté entreprise. Le principe ? Être salarié par un Groupement d’employeurs (GE) qui vous met à la disposition de ses membres, en fonction de leurs besoins en main-d’œuvre.

Un modèle qui repose sur une relation triangulaire entre le groupement, qui est l’employeur versant le salaire, les entreprises adhérentes, utilisatrices de la main-d’œuvre, et le salarié à temps partagé, qui réalise ses prestations exclusivement parmi les membres du GE. Il doit bénéficier d’un statut égal à celui des salariés de l’entreprise dans laquelle il intervient, et doit avoir accès à ses installations collectives. Via son GE, il a par ailleurs droit à la formation continue, ce qui lui permet de maintenir son employabilité. En fait, la seule différence avec ses collègues réside dans sa mobilité. Une mobilité qui reste, dans la mesure du possible, limitée géographiquement. « Nous raisonnons en termes de bassins d’emplois lorsque nous recrutons des salariés, comme de nouvelles entreprises », précise Emmanuelle Sintes, directrice du GE Altern, basé dans le Tarn.

Des groupements de natures diverses

Travailler chez les uns et les autres nécessite toutefois souplesse et résistance. « Ce n’est pas donné à tout le monde, il faut avoir des facultés d’adaptation éprouvées et savoir se positionner en tant qu’expert, car souvent, il n’y pas de référent. Il faut être autonome », résume Emmanuelle Sintès. Un profil exigeant avec lui-même, recherché par la plupart des GE, qu’ils soient privés – une vingtaine en Midi-Pyrénées dans les secteurs de la culture, du sport, du BTP, du maraîchage, du paysager et de la propreté – ou associatifs – une centaine, essentiellement dans le domaine sportif.

Les GEIQ (Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification), ont une approche légèrement différente, en privilégiant les contrats en alternance, plutôt que les CDI, afin de professionnaliser de jeunes demandeurs d’emploi. Qui finissent le plus souvent par intégrer en CDI l’une des entreprises membre ! Un modèle que le gouvernement souhaite favoriser. Un plan vient d’être lancé dans ce sens.
Nathalie Malaterre

Les principaux groupements d’employeurs de Midi-Pyrénées : Alliance Emploi, Altern, Compétences Plus, GE-Opep, GE-rugby, GE 4 saisons, GEMIP, GEMS, Garonne Emploi, Geiq BTP 12, Geiq BTP 31, Geiq BTP 46, Geiq BTP 65, Geiq BTP 81, Geiq BTP 82, Geiq Vert Toulousain, Geiq Propreté…

Sur la photo : Le temps partagé requiert souvent d’être mobile et de autonome. Photo UMB-O - Fotolia.

Jean-Louis Berard, 54 ans

« Le temps partagé, un emploi sans routine »

« Je suis venu à l’emploi partagé après avoir pratiqué une activité libérale, en tant que diététicien. Au départ, il s’agissait de compléter mes revenus. Et finalement, je suis redevenu à 100% salarié. Depuis 2010, je travaille à temps complet pour le compte de cinq entreprises, dans le Tarn. C’est très intéressant, car c’est mon expertise qui est recherchée. J’interviens en fait comme un consultant. Je suis confronté à différents domaines d’activité, donc épargné de la routine. C’est motivant. Il n’en reste pas moins que cela peut être fatigant, car il faut s’adapter chaque jour à un nouvel interlocuteur. »