La crise sanitaire au cœur de la rentrée universitaire occitane

C’est une conférence de rentrée singulière qu’a présidée Nadia Pellefigue, le 15 octobre dernier. La crise sanitaire était au cœur des préoccupations des acteurs de l’enseignement supérieur.

« C’est dur d’avoir 20 ans en 2020 », a constaté le président de la République, lors de son allocution télévisée du mercredi 14 octobre. Des mots qu’ont presque faits leurs Nadia Pellefigue, vice-présidente de la région Occitanie déléguée au développement économique, à la recherche, à l’Innovation et à l’enseignement supérieur, Bertrand Monthubert, conseiller régional délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche et Philippe Raimbault, président de l’Université fédérale Toulouse-Midi-Pyrénées, réunis pour faire le point sur cette rentrée étudiante très particulière. Car comme l’a rappelé Nadia Pellefigue, « en période de crise, les plus fragiles sont les plus percutés ». De son côté, Bertrand Montubert a souligné que les jeunes avaient été beaucoup stigmatisés, mais qu’ils comptaient parmi les « premières victimes » de la crise sanitaire.

Des mesures pour lutter contre le décrochage

La Région s’est donc mobilisée pour que les étudiants puissent continuer à suivre les enseignements à distance et ne décrochent pas, à la veille de la rentrée de l’Université Jean Jaurès et au moment où les enseignements sont proposés quasi exclusivement à distance à l’UT1. Elle entend également accompagner la transformation numérique des établissements supérieurs.
1500 ordinateurs avaient ainsi été prêtés pendant le confinement aux étudiants les plus précaires, et 3500 appareils supplémentaires ont été acquis pour faire face aux besoins des nouveaux entrants. « Nous avons été la première région de France à acheter des ordinateurs et à les mettre à disposition », s’est félicitée Nadia Pellefigue. Toujours dans l’objectif d’éviter le décrochage, 2000 clés 4G ont été distribuées pour permettre à ceux qui en ont le plus besoin de se connecter et de ne pas cumuler l’isolement à leurs difficultés. Enfin, 3 millions d’euros ont été mobilisés pour accompagner les établissements supérieurs dans l’achat de matériel pédagogique pour assurer leur transition numérique.
La Région a également mis en place un fonds d’urgence pour les étudiants qui ont bénéficié d’une mobilité internationale qui a été impactée par la crise du Covid. Elle proposera des mesures de soutien pour les « cas de force majeure » liés à l’épidémie avec notamment le maintien d’aides. Nadia Pellefigue a tenu à rappeler que tous les étudiants concernés n’avaient pas fait valoir leurs droits.

Ce point a également été l’occasion de revenir sur le dispositif Campus connecté. Trois nouveaux nouveaux campus ont été labellisés, ce qui porte leur nombre à six et fait de l’Occitanie, l’une des seules régions, avec Auvergne Rhône- Alpes, à en compter autant sur son territoire. Saint-Gaudens, Foix et Espalion ont rejoint Carcassonne, Cahors et Le Vigan. Plusieurs autres dossiers sont en cours de finalisation et les objectifs de dix étudiants par site ont été largement dépassés par endroit.
La Région entend également accompagner la transformation des formations des Instituts universitaires de technologie à l’horizon 2021. En effet, leurs Diplômes universitaires technologiques (DUT) et Licences professionnelles vont fusionner pour muter en un seul cycle de formation sur trois ans pour devenir des Bachelors universitaires de technologie (BUT).
Agnès Frémiot

Crédit photo : Alexandra Koch - Pixabay.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/La-crise-sanitaire-au-coeur-de-la-rentree-universitaire-occitane,29719