Le Nouveau-Brunswick vient recruter à Toulouse !

Le Canada est à la recherche perpétuelle de main d’œuvre jeune, qualifiée et francophone. Cependant, si ce pays et ses provinces peuvent faire figure d’eldorado pour les actifs, les contraintes et les limitations à l’immigration sont nombreuses. Le Pôle emploi International, l’Ambassade du Canada et les représentants de la province du Nouveau-Brunswick organisent justement le 11 mai à Toulouse une session d’informations sur l’immigration temporaire et permanente dans cette région.

Le Nouveau-Brunswick recherche de la main d’œuvre qualifiée et jeune ! Le Pôle emploi International proposera donc le mercredi 11 mai prochain deux réunions d’informations sur cette province et les procédures d’immigration pour le Canada en général. Ce pays a en effet besoin de main d’œuvre pour parer à ses problèmes de démographie et de compétences. "Chaque province a ses propres critères pour l’immigration permanente des actifs, mais de manière générale les provinces recherchent des candidats plutôt diplômés, avec de l’expérience et si la pratique du français est importante, une connaissance de l’anglais est souvent un plus. L’âge est également un critère de sélection", souligne ainsi Frank Barreault du Pôle emploi International.

Les profils recherchés au niveau professionnel sont variés, mais se comptent essentiellement dans les secteurs des NTIC, de l’hôtellerie-restauration, de la santé et du transport et de la logistique. "Il faut ajouter à ces filières tous les profils d’ingénieurs et le secteur de la construction. Il convient également de signaler que les hauts diplômés ne sont pas les seuls à être les bienvenus au Nouveau-Brunswick, la gastronomie française a bonne presse au Canada, et les CAP de boulanger, ou les serveurs sont également intéressants pour cette province. »

Une province en croissance économique

Le Nouveau Brunswick est réputé pour sa qualité de vie, les biens immobiliers sont accessibles, et son économie en "bonne santé". Lors des deux réunions du 11 mai prochain, la province présentera ses critères pour l’immigration, tandis que l’Ambassade du Canada reviendra sur les procédures pour travailler dans le pays. "Les français souhaitant s’expatrier peuvent être sélectionnés par une province ou directement par l’État fédéral du Canada. Ils peuvent alors recourir à une expatriation temporaire ou permanente, détaille Frank Barreault, lequel prend soin d’ajouter que le Canada ne doit pas faire figure d’eldorado. Les opportunités sont certes réelles mais pour certains profils ciblés par les provinces et cette aventure doit se réfléchir et se construire en amont."

Ces réunions s’adressent à la fois aux demandeurs d’emploi, mais également aux actifs et aux étudiants. "Nous organisons deux sessions ou les mêmes informations seront diffusées : l’une à l’université Toulouse 1 Capitole et l’autre dans notre agence pour toucher un maximum de monde et la cible la plus large possible."
Agnès Frémiot

Les deux réunions d’informations auront lieu le mercredi 11 mai à 14h au Pôle Emploi International, 7 Avenue des Herbettes à Toulouse et à 19h à l’Université Toulouse 1 Capitole, Amphithéâtre Couzinet, 2 rue du Doyen-Gabriel-Marty.

Pour plus d’informations : www.international.gc.ca

[(

Le français comme langue officielle

Moins connu que le Québec, dont il est pourtant le proche voisin, le Nouveau-Brunswick présente la particularité d’être doté de deux langues officielles, l’anglais et le français, ce qui facilite l’immigration des citoyens français dans cette province canadienne !)]

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Le-Nouveau-Brunswick-vient-1832