L’intérim est-il un bon remède à la crise ?

Si le contrat à durée indéterminé reste évidemment le « nec plus ultra » lorsqu’on est à la recherche d’un emploi, la mission intérim peut être un bon moyen d’y accéder. A fortiori en période de crise selon Xavier Héry. Le directeur Sud-Ouest du réseau de recrutement hautes compétences Expectra revient sur les multiples atouts de l’intérim.

L’intérim connaît en ce moment un regain d’activité, s’agit-il d’une bonne opportunité, même pour ceux qui briguent un CDI ?
Qu’on soit jeune ou moins jeune, l’intérim est incontestablement un très bon tremplin vers l’emploi durable puis que 30 à 40 % des intérimaires se font encore embaucher en CDI à l’issue d’une mission. C’est d’autant plus vrai en période de crise que les employeurs sont plus frileux à recruter. Or crise ou pas, les postes clés de l’entreprise doivent toujours être pourvus et les entreprises ont donc plus facilement recours à la mission intérim, on l’a encore constaté cette année.

L’intérêt est évident pour l’entreprise, notamment en termes de flexibilité, mais qu’en est-il pour le demandeur d’emploi ?
Pour lui, l’intérêt est vraiment multiple. Pour commencer, je sais que nombreux continuent à associer l’intérim à l’image de petits boulots, aux jobs qu’on accepte en attendant mieux… mais c’est très loin de la réalité. Aujourd’hui, les entreprises n’hésitent plus à confier des missions stratégiques à des intérimaires. Pour preuve, les cadres représentent pratiquement la moitié des intérimaires que nous avons actuellement en poste.

Mais tout le monde n’a pas un profil cadre…
Bien sûr, mais au regard des nombreux acteurs (souvent spécialisés) que compte aujourd’hui le marché toulousain, tout le monde peut désormais trouver une mission correspondant à son profil, cadre ou pas. Des missions intéressantes qui permettent d’étoffer son expérience, et donc de pouvoir négocier à terme un meilleur salaire que si on n’était pas passé par l’intérim. Cela permet aussi de se « tester » par rapport à ses souhaits, que ce soit au niveau de la fonction, du type d’entreprise… Et puis il ne faut pas oublier que les entreprises de travail temporaire forment, notamment pour faire coïncider le profil des candidats aux besoins spécifiques des missions qui leurs sont confiées par les entreprises, l’intérim peut donc également être un bon moyen de faire évoluer ses compétences.

Accepter une mission ne comporte-t-il toutefois un risque, celui de passer à coté d’un CDI ?
Non bien au contraire. Les entreprises recrutent beaucoup plus facilement une personne en activité qu’en recherche d’emploi. L’expérience démontre que les postes sont, à ce titre, proposés en priorité aux salariés intérimaires de l’entreprise qui recrute. Ce sera d’autant plus vrai lorsque le marché va repartir. Et puis accepter une mission n’est pas incompatible avec la recherche d’emploi en CDI. D’ailleurs, les délais de réponse s’étant considérablement rallongés (3 à 4 mois en ce moment), de plus en plus de personnes acceptent des missions en attendant que l’entreprise statue sur leur embauche. Reste qu’une personne en recherche d’emploi ne peut plus rester seule dans son coin. Il faut absolument qu’elle ait recours à tout le réseau d’aide existant, les entreprises de travail temporaire en faisant partie.
Propos recueillis par Ingrid Lemelle

Sur la photo : Xavier Héry, directeur Sud-Ouest d’Expectra - DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/L-interim-est-il-un-bon-remede-a-778