Artisanat : des opportunités de formation, d’emploi et d’évolution !

Article diffusé le 27 mai 2013

Un Pacte pour « renforcer l’attractivité des métiers », « contribuer au développement économique » et « promouvoir et protéger nos savoir-faire ». Début 2013, Sylvia Pinel, la ministre de l’Artisanat, a dévoilé 33 mesures de soutien en faveur de la « première entreprise de France », déjà très dynamique de Midi-Pyrénées !

Avec plus de 170.000 emplois et 60.000 établissements, l’artisanat joue sans conteste un rôle majeur dans l’activité économique de Midi-Pyrénées. Quatrième région française en termes de densité (avec 200 établissements pour 10.000 habitants, contre 165 pour 10.000 au niveau national), Midi-Pyrénées se révèle en outre très dynamique en matière de créations. Entre 2006 et 2011, le nombre d’entreprises artisanales a progressé de 13%, un taux qui a même atteint 18% en Haute-Garonne et en Ariège. Cette vitalité, qui devrait se maintenir cette année, est favorable à l’emploi et la formation, les établissements nouvellement créés étant en effet ceux qui recrutent le plus. En 2011, ils regroupaient 38% des salariés et 39% des apprentis du secteur !

L’alimentation a faim de nouvelles recrues

Avec 176.000 actifs (dont plus de 62.000 chefs d’entreprises), l’artisanat demeure ainsi formateur et créateur d’emplois en Midi-Pyrénées. Tous secteurs confondus, l’évolution de l’emploi salarié est d’ailleurs restée positive ces dernières années, soit quelque 106.000 salariés en 2011. Des emplois principalement localisés Haute-Garonne (39% du total), mais également dans le Tarn (15%) et en Aveyron (12%). Quoi qu’en repli depuis en 2009, l’apprentissage se stabilise lui aussi à des niveaux élevés. Plus de 8.000 jeunes sont actuellement en formation en région.


Près de 3.000 d’entre eux se préparent aux métiers du bâtiment, principalement à ceux de la maçonnerie, la plomberie et l’installation électrique. Le secteur, qui concentre le plus d’entreprises et de salariés en Midi-Pyrénées, continue donc à former en dépit d’une conjoncture économique peu favorable à la création d’emploi. Un contexte qui ne décourage pas certains artisans à s’installer à leur propre compte, puisque le nombre d’entreprises devrait progresser de 4% cette année.
Les services, quant à eux, regroupent des activités très variées, les plus représentées en région étant la coiffure (23 % des entreprises), la carrosserie (20%) et l’esthétique (10%). Si l’emploi salarié a légèrement reculé ces dernières années, ce secteur continue à enregistrer de nombreuses installations (+3 % de croissance attendue en 2013) et à employer près de 28.000 salariés. Il accueille en outre toujours beaucoup d’apprentis, surtout dans les métiers de la coiffure.

Le secteur de la production compte lui aussi un grand nombre d’activités : transformation des matériaux, du métal, du bois, de la pierre, du plastique, du cuir... Certaines tirent leur épingle du jeu à l’instar de la bijouterie-horlogerie ou de la fabrication de vêtements. Un secteur qui emploie plus de 22.000 salariés et 1.200 apprentis.
Reste le secteur de l’alimentation, composé de cinq branches : la boulangerie pâtisserie, la boucherie charcuterie, la restauration rapide (en forte progression), la poissonnerie et l’alimentation diverse. Les effectifs progressent légèrement (+ 2% attendus cette année), tandis que les établissements restent pourvoyeurs de contrats d’apprentissage, à commencer dans la boulangerie pâtisserie. Proportionnellement, il s’agit également du secteur qui forme le plus, 24% des établissements ayant au moins un apprenti.

Intéressants en termes de débouchés, les métiers de l’artisanat le sont aussi en matière d’évolution. En créant sa propre structure ou en reprenant une entreprise existante. Dans la région, 20% des établissements sont aujourd’hui dirigés par des personnes qui ont plus de 55 ans, soit un fort potentiel d’entreprises à reprendre. « Il faut d’ailleurs souligner que plus le niveau de formation des jeunes artisans est élevé, plus leurs chances de trouver un emploi sont grandes », souligne Yves Yvinec, secrétaire général à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat 31. Et bien sûr de réussir ensuite en tant que dirigeant...
Ingrid Lemelle

Sources : L’Artisanat en Midi-Pyrénées – Édition 2012 – CMA, Observatoire CMA 31.

Sur la photo : Hervé Sancho, Boucher Meilleur Ouvrier de France à Bagnères de Bigorre, est l’un des dix artisans photographiés par notre consoeur Hélène Ressayres pour l’exposition « Les Artisans sortent des clichés ».
Une exposition soutenue par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de la Haute-Garonne, la Banque Populaire Occitane, Pôle emploi, l’Agefos PME Midi-Pyrénées, le groupe Menway, le groupe Toulouse Intérim et l’Institut Supérieur Vidal.
A découvrir jusqu’au 25 juin 2013 au siège de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat 31, à Toulouse. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.

[(

Les chiffres en Midi-Pyrénées

+ 4% de croissance attendue en 2013
250 métiers
62.103 entreprises
105.799 salariés
8.145 apprentis
13% des établissements ont au moins un apprenti
46 ans est l’âge moyen des chefs d’entreprise)]

Où faire son apprentissage ?

13% des entreprises artisanales forment des apprentis en Midi-Pyrénées. Mais certaines, plus que d’autres. Ainsi, les apprentis sont-ils plus nombreux dans les services et le bâtiment (respectivement 30% et 36% du total).
Le secteur de l’alimentation recrute également deux fois plus d’apprentis que la moyenne régionale, et, proportionnellement, les jeunes entreprises sont celles qui en accueillent le plus (39% du total des apprentis). Les études révèlent en outre que les établissements dirigés ou employant un maître artisan recrutent beaucoup en apprentissage (40% d’entre eux le font).
Enfin, l’Aveyron, le Tarn et le Tarn-et-Garonne sont les départements où les taux d’apprentis sont les plus importants.

Infographies Jean-Christophe Wolmer. DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Artisanat-des-opportunites-de-3341