À qui s’adressent les services du cabinet columérin DAC ?

Le cabinet DAC, installé à Colomiers, vient d’être repris. Sa nouvelle directrice nous présente ses ambitions et ses projets pour la structure.

Marion Mary, vous avez repris le cabinet DAC. Pourriez-vous nous retracer votre parcours ?
Je suis psychologue du travail de formation. J’ai intégré le cabinet DAC en tant que salariée il y a treize ans. Quand sa fondatrice a décidé de partir à la retraite, j’ai eu envie de reprendre le flambeau et de poursuivre l’activité. Nous avons commencé les démarches durant l’année 2020, pour un rachat effectif le 2 mars 2021.

Quelles sont les activités de votre cabinet ?
Le cabinet DAC a été fondé il y a plus de vingt ans, à Colomiers, par Roberta De Angelis. C’est une petite structure indépendante à taille humaine. Les bilans de compétences sont son activité principale. Nous en avons plus de mille à notre actif. Nous avons notamment été habilités par le Fongecif et par d’autres Opcacif. Nous intervenons également dans le conseil et la formation en gestion des ressources humaines avec comme références clients, les magasins Leclerc ou la Maison de la recherche de l’Université Paul Sabatier. Et enfin, nous avons une importante activité dédiée aux risques psychosociaux (RPS).

Quels publics accompagnez-vous principalement ?
Nous ciblons tous les individus qui se posent des questions sur leur avenir professionnel, salariés ou demandeurs d’emploi. Nos interlocuteurs sont en grande majorité des femmes dans une deuxième partie de carrière, entre 35 et 45 ans, plutôt diplômées (Bac +5), issues par exemple du milieu de l’aéronautique. Leur financement principal est le CPF. En matière de formations et de risques psychosociaux, toutes les entreprises ont besoin de ce type de services. Nous intervenons dans le grand quart sud-ouest. Notre siège est à Colomiers et nous avons une antenne à Auch.

Quelles sont vos ambitions pour le cabinet DAC ?
J’entends, dans un premier temps, poursuivre ce qui a été développé par celle qui m’a précédée, dans le domaine des bilans de compétences notamment et des RPS. Mon objectif est d’installer le cabinet DAC comme un acteur significatif dans la gestion de ressources humaines, la réalisation de bilan de compétences et la formation. J’ai aussi pour ambition de développer le soutien psychologique avec des séances d’accueil et d’écoute sur la thématique de la souffrance au travail. Et enfin, je souhaite m’intéresser aux VAE.

Avez-vous hésité à reprendre avec le contexte particulier que nous traversons depuis un an ?
La crise sanitaire a été un déclic. Elle a amplifié les besoins en accompagnement et la quête de sens des salariés. J’avais également à cœur de sauver des emplois et de relever un challenge en reprenant le cabinet.
Propos recueillis par Louise Lané

Photo DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/A-qui-s-adressent-les-services-du-cabinet-columerin-DAC,31359