ToulEmploi

Publié le lundi 13 juillet 2015 à 17h09min par Agnès Fremiot

Comment le Coorace fait-il un « Zest » pour l’emploi ?

Grâce à « Zest », le Coorace met en relation des personnes éloignées de l’emploi avec les professionnels de l’hôtellerie-restauration qui manque de personnel. Rosana Vera, chargée de mission développement économique, nous éclaire sur ce dispositif.

Rosana Vera, pourriez-vous nous présenter le dispositif Zest ?
Il s’agit de la déclinaison d’un accord national passé entre l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) et le Coorace, la fédération nationale de l’économie sociale et solidaire, pour faire face aux difficultés de recrutement du secteur de l’hôtellerie-restauration, notamment pour le personnel de remplacement. Nous nous chargeons de leur mettre à disposition du personnel.

Quel est le rôle du Coorace dans ce dispositif ?
Notre structure compte 41 entreprises adhérentes dans la région Midi-Pyrénées. Nous avons réalisé une étude de marché afin de comprendre les besoins du secteur de l’hôtellerie-restauration, et nous avons développé les outils, les partenariats et identifier les métiers dans lesquels les personnes en parcours sont capables d’être employées dans le secteur. Nous avons ensuite formé les structures en réalisant par exemple des fiches pour connaître les compétences attendues dans chaque métier. Nous sommes donc capables de proposer à nos partenaires une offre globale « clé en main » pour leur trouver une personne adaptée à leurs besoins dans chaque secteur géographique.

Quels sont les métiers concernés par le dispositif Zest ?
Nous pouvons placer des serveurs, des plongeurs, des employés d’étage et de cuisine, des agents d’entretien, des réceptionnistes, et des employés polyvalents de l’hôtellerie et de la restauration. Tous ces métiers se déclinent aussi bien au masculin qu’au féminin à des niveaux de compétences relativement peu élevés.

Comment s’articule ce dispositif ?
Nous faisons des réunions collectives à destination du public concerné que nous avons rencontré par le biais des associations, des forums emploi ou du partenariat avec Pôle emploi, réunions au cours desquelles nous présentons le secteur de l’hôtellerie-restauration et ses contraintes. Nous organisons ensuite une réunion collective de méthode de recrutement par simulation (MRS) au cours de laquelle nous détectons les potentiels. L’avantage de ce dispositif c’est que les conseillers connaissent bien les personnes en parcours et qu’elles continuent de suivre les salariés une fois en poste.

Où en est le déploiement de Zest ?
En 2014, 160 salariés ont été mis à disposition des entreprises, 105 femmes et 55 hommes pour un total de 15.016 heures. 71 clients étaient concernés. Selon les départements, nous proposons du personnel pour des emplois saisonniers, dans l’hôtellerie-restauration mais aussi le secteur agroalimentaire. A Toulouse, nous n’en sommes qu’aux balbutiements, le milieu urbain changeant un peu la donne puisque nous sommes en concurrence avec les agences d’intérim et que le public est plus volatile. D’autres initiatives de ce genre commencent à voir le jour dans d’autres secteurs, notamment le bâtiment.
Propos recueillis par Agnès Frémiot

Sur la photo : Rosana Vera (à gauche), chargée de mission développement économique du Coorace, et une partie de l’équipe. DR.

1 Commentaire

Répondre à cet article