L’aéroport recrute malgré la crise

Air Emploi, association créée il y a 10 ans à l’initiative d’Air France, de la FNAM (Fédération nationale de l’aviation marchande) et du GIFAS (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales), organisait fin mars à Toulouse une conférence à destination des enseignants et conseillers d’orientation. Objectif : faire connaître les métiers de l’aéroport.

« L’aérien fait rêver. Mais nous sommes là pour montrer la diversité du secteur, au-delà des pilotes et hôtesses. Les autres professions sont souvent méconnues alors qu’elles sont mues par la même passion de l’avion », insiste Corinne Patay, directrice d’Air Emploi. « Il existe, malgré la multitude des métiers, un même sentiment d’appartenance. Moi la première, lorsque l’on m’interroge sur ma profession, je réponds que je travaille à l’aéroport », renchérit Christine Courade, directrice des ressources humaines de la société Aéroport Toulouse-Blagnac (SATB)

Et en ces temps de ralentissement de l’activité aérienne, ce sont d’ailleurs les métiers au sol qui offrent le plus de débouchés. Opérateurs, techniciens, agents de piste ou encore métiers de la construction et de l’équipement : « Il y a toujours besoin de ces personnels », assure Christine Courade. Certaines branches, comme la maintenance, sont d’autant plus concernées que les départs à la retraite s’y multiplient actuellement.

Le Hall D, vecteur d’emplois

Ainsi, malgré la crise, le secteur de l’aérien devrait recruter 4.000 personnes en France cette année, soit autant qu’en 2009. Un chiffre cependant bien en deçà des 12.000 emplois générés en 2008. « Sur SATB, qui compte 297 collaborateurs, nous prévoyons de recruter une dizaine de personnels en 2010, et deux à trois fois plus chaque année lorsque l’activité repartira », annonce Christine Courade. Des perspectives auxquelles s’ajoutent celles offertes par les 150 entreprises travaillant au sein de l’aéroport, totalisant près de 4.000 emplois.

Enfin, l’ouverture du Hall D représente également un moteur important pour l’emploi. Si les recrutements essentiels au fonctionnement du terminal ont déjà été réalisés, les besoins pour l’accueil, la maintenance, la logistique ou les parkings vont aller crescendo avec l’augmentation progressive du trafic.
Thomas Gourdin

Sur la photo : Actuellement, ce sont les métiers au sol qui offrent le plus de débouchés. DR.

[(Une méthode de sensibilisation originale

Afin de faciliter la découverte de la large palette du secteur aérien, Air Emploi propose aux jeunes des fiches-métiers sous forme de vidéos. Des professionnels y témoignent, non pas sous forme d’entretien mais depuis leur poste de travail. « Cela apporte une dimension concrète à la présentation », explique Corinne Patay.
C’est à travers quelques unes de ces vidéos que les enseignants et conseillers d’orientation, invités à la conférence d’Air Emploi par l’Académie de Toulouse, ont pu découvrir certaines professions, avant de procéder à une visite des coulisses de l’aéroport. « Certains nous ont dit - en plaisantant - qu’ils envisageaient de tout plaquer pour venir travailler ici. Preuve que les métiers de l’aérien, quels qu’ils soient, sont avant tout des métiers de passion », conclut Christine Courade.)]

9 Messages

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/L-aeroport-recrute-malgre-la-crise-1152