ToulEmploi

Publié le lundi 5 février 2018 à 09h39min par Ingrid Lemelle

180 secondes

C’est le temps dont disposent les doctorants qui se présentent au concours « Ma Thèse en 180 secondes », organisé en France par le CNRS et la Conférence des présidents d’universités.
La finale de l’académie de Toulouse en a opposé dix-huit, le 30 janvier dernier, au théâtre Sorano de Toulouse. Leur défi : expliquer en trois minutes maxi leur sujet de recherche dans des termes simples et compréhensibles par tous.

Théo Henriel, doctorant de l’Université Toulouse III - Paul Sabatier, a reçu le Prix du jury, « qu’il a su séduire en usant de concision, de vulgarisation et d’humour pour expliquer son sujet de thèse portant sur la Réalisation d’un outil d’aide à la décision d’un facilitateur de la rénovation globale à Toulouse », indique l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, co-organiseur de l’évènement. C’est également l’humour qui a permis à Clément Fabre de décrocher le Prix du public. Ce jeune doctorant au Laboratoire d’Écologie fonctionnelle et Environnement à Toulouse INP, a utilisé la métaphore du lave-vaisselle pour rendre intelligibles ses recherches sur « le rôle des zones humides alluviales dans la régulation des flux de nitrates vers les eaux de surface à l’échelle des bassins versants ». Le Prix coup de cœur a enfin été décerné à Camille Pierre, doctorant au Centre interuniversitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux Toulouse INP, qui a raconté « l’histoire de Kevin, un adolescent un peu boloss qui a besoin de se faire poser un implant dentaire ».

Théo Henriel et Clément Fabre tenteront, le mois prochain, de décrocher un billet pour la finale nationale du concours qui se déroulera pour la première fois à Toulouse, au TNT, le 13 juin prochain.