ToulEmploi

Publié le lundi 13 mars 2017 à 15h49min par Agnès Fremiot

Toulouse : 15e promo pour l’école de production de l’Icam

L’école de production de l’Icam de Toulouse forme les jeunes en décrochage scolaire à des métiers en tension du secteur de l’industrie. Sa quinzième promotion vient de sortir diplômée, avec de belles perspectives d’emploi…

La quinzième promotion de l’école de production de l’Icam de Toulouse vient d’être officiellement diplômée. Dix jeunes sont ainsi sortis titulaires d’un CAP en Conduite d’installation de production en usinage (CIP), après deux ans d’apprentissage au sein de cette école entreprise. « Elle fonctionne comme un véritable atelier, dans lequel les étudiants sont placés en immersion pour apprendre les techniques de l’usinage et de la chaudronnerie. Leurs pièces répondent même à de véritables commandes de clients, ce qui est porteur de sens pour eux et qui les responsabilise fortement », explique Gilles Vandecaveye, le directeur de l’école de production de l’Icam Toulouse.

Ce cursus est destiné aux jeunes de 15 à 18 ans, en décrochage scolaire. Deux formations leur sont proposées sur des filières industrielles en tension : le CAP CIP donc, et un CAP Réalisation en chaudronnerie industrielle (RCI) depuis 2013. Durant deux ans, ils passent les deux tiers de leur temps en atelier à apprendre les gestes du métier. Ils suivent en parallèle les matières générales nécessaires pour obtenir leur CAP (mathématiques, français, histoire géographie, etc.). « Nous ne les recrutons pas sur la base de leurs bulletins, mais de leur motivation. Ils passent ensuite une phase d’essai de quinze jours. Nos promotions sont composées d’une vingtaine d’étudiants en première année. Certains ne prolongent pas l’expérience, parce que dans la majorité des cas, ils n’ont pas la vocation, mais ils continuent bien souvent dans un autre cursus, ce qui est essentiel », constate Gilles Vandecaveye.

Une ouverture sur le monde avec le programme Erasmus+

Après ces deux années de formation, le taux de réussite au CAP CIP est de quasi 100%. Les diplômés sont ensuite immédiatement employables avec des profils intéressants pour l’entreprise. D’autres reprennent goût aux études et choisissent de poursuivre en Bac pro ou en BTS. « Notre taux d’intégration à six mois oscille entre 75% et 80% selon les promotions. Les diplômés exercent dans des métiers pour lesquels ils ont été formés à l’école : chaudronnier, soudeur, plieur, usineur.. », souligne Gilles Vandecaveye. L’école de production de l’Icam est notamment soutenue et financée par le fonds A2I (Agir pour l’insertion dans l’industrie) de l’UIMM Midi-Pyrénées. Bruno Bergoend, son président, est d’ailleurs le parrain de cette quinzième promotion.

« Nous cherchons des techniciens et des ingénieurs dans l’industrie. Nous sommes donc attentifs à ces projets. Au niveau national, on dénombre vingt écoles de ce type dont cinq dans le réseau Icam. 50% des jeunes poursuivent leurs études à l’issue de leur cursus et 10% créent même leur entreprise », rapporte Bruno Bergoend.
Pour la première fois, cette année, les élèves de l’école de production ont participé à un échange avec une école de la deuxième chance de Bilbao, dans le cadre du programme Erasmus+. Pour apprendre à se découvrir et à se connaître, les étudiants espagnols et français ont travaillé à la réalisation d’un mölkky (un jeu de quilles).
Agnès Frémiot

Sur la photo : La quinzième promotion de promotion de l’école de production de l’Icam de Toulouse a été officiellement diplômée le 8 mars dernier. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.