Les perspectives de carrière sont-elles réelles au village de marques de Nailloux ?

Didier Falla, le directeur de Nailloux Fashion Village, dresse le portrait du salarié idéal dont sont en quête les quelque quatre-vingt enseignes présentes sur son site. Le tant attendu premier village de marques du Grand Sud doit ouvrir ses portes le 23 novembre prochain à Nailloux, à vingt minutes de Toulouse. Il propose un potentiel de 300 CDI.

Quel est le profil idéal du salarié de votre centre ?
Les personnes désireuses de rejoindre notre village de marques doivent évidemment aimer le contact, être avenantes et souriantes. Elles devront également avoir le sens du service, être rigoureuses et organisées. Travailler en village de marques diffère en effet en deux points de ce qui est demandé dans des centres traditionnels : d’une part il y a beaucoup de manutention, ce pourquoi il faut de la rigueur et de l’organisation. D’autre part, comme la clientèle de ce type de centre commercial est en partie étrangère, des rudiments d’anglais et/ou d’espagnol sont exigés. Les vendeurs devront nécessairement connaître les formules de politesse dans la langue de leurs interlocuteurs. Cependant seul le responsable, ou du moins une personne de l’équipe de vente, sera totalement bilingue.

Peut-on postuler si l’on n’a jamais pratiqué les métiers de la vente ou si l’on n’habite pas à proximité de Nailloux ?

Les autodidactes ont leur chance. Et les employeurs acceptent éventuellement des gens venus d’autres horizons. Il s’agit d’avoir des compétences en relationnel. D’autant qu’une formation initiale sera dispensée, car la vente en village de marques est plus difficile. Il faut être particulièrement réactif et savoir rapidement orienter le client sur un autre produit quand il n’y a pas toutes les tailles ou toutes les couleurs de disponible. Les jeunes diplômés du secteur sans expérience sont également les bienvenus. Enfin, les recrutements se font au-delà de ColorSud (ndlr : la communauté de communes à laquelle adhère Nailloux). Les salariés pourront venir de Toulouse sans problème puisque le Conseil général prévoit de mettre en place une navette.

Vous affirmez qu’il y a de belles perspectives de carrières sur le village, pourtant la vente est un secteur qui multiplie les temps partiels et les CDD. Comment faire évoluer sa carrière dans de telles conditions ?
Sur le Village de marques de Nailloux 300 à 350 personnes seront recrutées pour former des équipes fixes. Elles composeront les cellules de base des magasins. Les CDD et les temps partiels concerneront les appoints de personnel pour les périodes tendues que sont Noël et les soldes. Pour les salariés pérennes, il y aura des opportunités de faire évoluer sa carrière au sein de la marque, dans les autres magasins du réseau qui va les embaucher par exemple, ou bien auprès des autres marques présentes sur le site. Nous en avons pour preuve que des employés des villages de marques de Roubaix, Calais et Troyes ont posé leur candidature pour Nailloux !
Recueilli par Nathalie Malaterre

Sur la photo : Didier Falla, directeur de Nailloux Fashion Village. DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Les-perspectives-de-carriere-sont-2033