Comment sortir (vite) du lot ?

Article diffusé le 13 juin 2016

Job dating, entretien téléphonique ou en visio. Désormais, il faut se présenter vite et parfois, à distance, pour convaincre. Un exercice difficile qui devient pourtant la règle. Les conseils de Corinne Cabanes, dirigeante du cabinet RH Corinne Cabanes et Associés.

On dit qu’une embauche se joue dans les premières minutes, est-ce pour cela que les recruteurs ont de plus en plus souvent recours aux formats courts, de type job dating, speed dating ?
C’est vrai que la plupart des recruteurs font leur choix dans les cinq premières minutes, et que la communication non verbale, la posture, la façon de se déplacer, le regard... c’est-à-dire l’impression que vous leur faites, jouent pour 70% dans leur décision. C’est le savoir-être des candidats qui est alors jaugé, et ces formats courts s’y prêtent parfaitement. Il faut d’ailleurs savoir que vous n’êtes pas seulement évalué pendant l’entretien, mais généralement observés tout au long du parcours, de votre arrivée à votre départ !
L’essor des job dating est également un moyen de mesurer la capacité des candidats à gérer des échanges rapides, ce qu’ils seront amenés ensuite à reproduire régulièrement dans leur quotidien. Cela correspond à une évolution des modes de communication.

A la difficulté de se présenter vite, s’ajoute aussi de plus en plus fréquemment le fait de convaincre à distance, via les plateformes de e-salons de recrutement, un entretien téléphonique ou encore Skype. Est-ce plus compliqué ou cette distance peut-elle s’avérer être au contraire un atout ?
C’est certainement plus difficile pour les « affectifs », ces profils qui se nourrissent de l’échange, à l’instar des commerciaux ou des managers de proximité. Pour ceux qui sont en revanche rompus aux relations à distance, cela ne pose pas de problème. Pourvu d’être bien préparé ! Dans le cas des entretiens en visio, il est par exemple impératif de « soigner le décor », de s’assurer que tout fonctionne sur le plan technique (micro, caméra, cadrage, lumière...), d’être habillé comme pour un entretien classique (car cela permet de se mettre dans une posture propice), de s’assurer que l’échange ne risque pas d’être parasité par la famille, du bruit... et se concentrer ! Cela peut paraître étonnant, mais il faut d’autant plus soigner la forme que l’entretien est à distance. Et puis, il y a bien sûr le fond.

Quelles sont justement les clés d’une présentation synthétique percutante ?

La clé, c’est de « piloter » l’échange, et pour cela, il faut bannir absolument l’approche « ma vie, mon œuvre » ! Il faut au contraire prendre la main et commencer par parler de l’entreprise, de son besoin... Vous montrez ainsi que vous vous êtes renseigné. Vous enchaînez ensuite avec votre projet professionnel, en faisant évidemment le lien avec le poste à pourvoir, vous poursuivez sur votre motivation, et terminez enfin par votre parcours, mais en limitant les informations à ce qui fait sens par rapport à votre interlocuteur, son secteur d’activité et l’emploi proposé.

Qu’attendent véritablement les recruteurs de ces échanges, qui ne constituent généralement qu’une première prise de contact ?

L’entretien en face à face constitue en effet encore un dernier stade à franchir pour décrocher un poste pour certaines entreprises ou certains postes, mais les échanges à distance sont bien plus qu’une étape. La digitalisation du recrutement est en marche, et nous observons que de plus en plus d’entreprises réalisent désormais tout leur processus à distance. Il faut donc absolument s’entrainer à cet exercice qui va, sans aucun doute, continuer à prendre de l’ampleur.
Propos recueillis par Ingrid Lemelle

Image Jean-christophe Wolmer-Guibaud - ToulEmploi.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Comment-sortir-vite-du-lot,18972