Comment l’Afpa Midi-Pyrénées améliore-t-elle l’accès à ses formations ?

Article diffusé le 23 mai 2011

A la tête de l’Afpa Aquitaine il y a encore peu de temps, Émile Perez a rejoint la région Midi-Pyrénées le 1er mars dernier au poste de directeur. Sa priorité : faciliter l’accès aux formations dispensées par l’Afpa en Midi-Pyrénées. En pleine réorganisation, l’organisme de formation déploie de nouveaux moyens pour mieux répondre aux attentes de ses clients publics et privés en s’appuyant sur sa capacité à innover et à conseiller. Bilan et perspectives avec le nouveau directeur régional.

Vous prenez vos fonctions au moment où l’Afpa met en place au niveau national un nouveau plan stratégique. En quoi ce plan est-il innovant ?
Il s’agit d’une réelle rupture. Jusqu’à présent l’Afpa disposait d’une organisation assez monolithique. Aujourd’hui la spécificité de ce plan stratégique consiste à organiser, au sein de la même entité juridique, deux sous-entités distinctes. L’une s’occupe de gérer les moyens (gestion des campus, maintenance, travaux, etc.), l’autre se consacre à l’exploitation.
Il s’agit là d’une innovation majeure car auparavant l’offre de l’Afpa était dédiée à chaque Campus Albi, Montauban, Tarbes, Rodez, Palays, Balma. Aujourd’hui, l’entité régionale se décline toujours en Campus, mais ces Campus fonctionnent sous pilotage direct de quatre services supports regroupés au sein de la direction régionale. Des services dédiés aux activités d’exploitation, aux activités commerciales, au recrutement des clients-stagiaires et à la gestion des ressources humaines. Il s’agit là finalement d’une gestion d’activité qui se rapproche de celle d’une entreprise classique.

De quels moyens financiers dispose l’Afpa pour fonctionner ?
Les actions commerciales que nous mettons en place doivent nous permettre d’augmenter notre part d’activités sur le marché privé. Aujourd’hui, en réalisant un peu plus de 8 millions d’euros d’activités sur ce seul marché, l’Afpa se positionne comme le plus important des opérateurs de formation du secteur privé de Midi-Pyrénées. Notre objectif pour 2011 est de dépasser les 9 millions d’euros et de continuer à croître dans les années à venir. La mise en place d’une direction commerciale obéit clairement à la nécessité d’augmenter notre part de marché privé et ce notamment pour faire face aux incertitudes liées à la pérennité de la commande publique. De plus, face à une concurrence de plus en plus active notamment dans les métiers du tertiaire, l’Afpa va continuer à développer des partenariats dans la région.

Quel bilan de l’Afpa en Midi-Pyrénées avez-vous établi au moment de votre arrivée ?
Tout d’abord, il faut dire qu’au niveau national, le bilan de l’Afpa est à l’équilibre malgré un faible développement de ses activités. En revanche, en maîtrisant mieux ses dépenses, sa masse salariale et ses frais de fonctionnement, ses charges ont baissé. Dans ce panaroma national, Midi-Pyrénées affiche des résultats qui dénotent.
L’anticipation dans la mise en oeuvre du plan stratégique national a créé un certain trouble dans les équipes et généré des dysfonctionnements, ce qui a gravement perturbé la feuille de route de 2010. La mise en oeuvre de process qui n’étaient pas stabilisés et des décisions organisationnelles qui auraient exigé en amont une meilleure préparation ont également entraîné un certain désarroi au sein des équipes. Et enfin, une certaine inorganisation a généré une baisse des recrutements des stagiaires.

Quelle est votre feuille de route pour 2011 ?
Depuis mon arrivée en mars dernier, mon objectif est de remettre l’Afpa Midi-Pyrénées en état de marche. J’entends par là traiter les dysfonctionnements, mettre en place les orientations prévues dans le plan stratégique national, les décliner opérationnellement et relancer un recrutement de qualité, en faisant en sorte de faciliter l’entrée des stagiaires en formation.
2011 est une année clef pour l’Afpa, notamment pour Midi-Pyrénées car il s’agit de la deuxième année du passage en marché pour la totalité de son activité. Par ailleurs, je tiens à souligner que je dispose à l’heure actuelle d’un volume important de commandes signées. A mi-mai, 80% de nos objectifs sont déjà remplis. Enfin, le rétablissement récent des recrutements de proximité sur chacun des Campus régionaux devrait nous permettre de faire croître jusqu’à 90% le taux de remplissage de nos différents dispositifs de formation. Nous redevenons ainsi en capacité de traiter la totalité de la demande des candidats stagiaires désireux d’entrée en formation.
Propos recueillis par Sylvie Lagarrigue-Berger

Sur la photo : Émile Perez, nouveau directeur de l’Afpa Midi-Pyrénées. Photo Hélène Ressayres - ToulEco.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Comment-l-Afpa-Midi-Pyrenees-1876