Comment éviter les pièges des tests de recrutement ?

Article diffusé le 21 février 2011

Les cabinets spécialisés en ressources humaines, mais également les entreprises, imposent parfois des tests de recrutement aux candidats. Une formalité pour les uns, un énorme stress pour les autres… Corinne Cabanes, directrice du cabinet Menway international dans le Sud-ouest, vous aide à identifier les pièges et vous donne des pistes pour les réussir.

Quels sont les principaux pièges dans lesquels tombent les candidats soumis aux tests de recrutement ?
Ils y a ceux qui les abordent avec un excès de confiance, estiment être « plus forts » que les tests, pouvoir les « déjouer »… Un « syndrome de suffisance » qui peut être dangereux, car les tests sont plus fins qu’ils le pensent. De nombreuses questions se recoupent et rendent d’ailleurs quasiment impossible leur "manipulation", un autre piège qu’il faut absolument éviter sous peine d’être démasqué. Je conseille ainsi aux candidats d’être sincères et spontanés pour les tests dits « de préférence » et « de personnalité ». Pour les tests d’agilité intellectuelle ou plus techniques il est en revanche possible et même conseillé de s’entraîner, de nombreux tests étant aujourd’hui accessibles sur Internet. Mais pour le reste, jouez la carte de l’honnêteté !

Est-il nécessaire de répondre à toutes les questions lorsqu’on passe un test ?
Non, et c’est là une autre erreur que commettent beaucoup de candidats. Lorsque les tests sont minutés, certains se précipitent pour pouvoir répondre à un maximum de questions, ce qui est le meilleur moyen de les rater ! Un test ne démarre en effet que lorsque les consignes sont lues et comprises et il faut donc absolument prendre le temps de bien les lire, en profiter pour évaluer le nombre de questions et gérer ainsi son temps en fonction de l’ensemble de ces données. C’est d’autant plus important que certaines réponses peuvent être « éliminatoires »…

N’est-ce pas contradictoire ?
Non car il vaut parfois mieux ne pas avoir répondu à une question éliminatoire que d’y avoir répondu n’importe comment, et puis les tests s’inscrivent dans un processus de recrutement plus vaste qui comporte également des entretiens. A la différence des tests réalisés en entreprise, il nous arrive de récupérer un candidat ayant échoué à un test car nous validons par ailleurs qu’il a bien les qualités ou les compétences recherchées par notre client. Il nous arrive à l’inverse d’écarter un autre candidat qui l’aura parfaitement réussi… Le test ne fait pas tout !
Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à indiquer aux consultants que vous avez rencontré des difficultés particulières, été pénalisés par le stress… des éléments dont ils tiendront compte dans l’analyse qui accompagne tout test réalisé par un cabinet.
Propos recueillis par Ingrid Lemelle

Sur la photo : Corinne Cabanes, directrice du cabinet Menway international dans le Sud-ouest. Photo Hélène Ressayres - ToulEco.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Comment-eviter-les-pieges-des-1684