A quoi ressemble le club « jeunes ZUS » de Toulouse ?

Midi-Pyrénées fait partie des quinze régions qui expérimentent actuellement le club « jeunes ZUS », dispositif mis en place par Pôle emploi pour aider les jeunes issus d’une zone urbaine sensible à s’insérer sur le marché du travail. Un club animé par Florian Angel, qui a déjà suivi à Toulouse 28 jeunes des quartiers, collectivement et individuellement. Avec succès.

Pouvez-vous nous rappeler les principes des clubs « Jeunes ZUS », expérimentés depuis février dernier dans plusieurs régions ?
Ce type de clubs n’est pas nouveau, les premiers ayant été déployés par Pôle emploi en 1994. Ils ciblaient alors les jeunes diplômés, puis ils ont été élargis aux cadres, aux primo demandeurs d’emploi, aux seniors... L’expérimentation actuelle, elle, porte sur les jeunes résidents des zones urbaines sensibles, le club « jeunes ZUS » leur proposant un accompagnement renforcé.

En dehors de ce critère « géographique », existe-t-il d’autres pré-requis pour pouvoir intégrer ce club ?
Oui, il est nécessaire d’avoir moins de 30 ans, un niveau d’études inférieur ou égal à Bac +2, un projet professionnel défini et réaliste au regard du marché du travail, et enfin ne pas avoir d’obstacles « bloquants » à l’emploi, comme pas exemple de pas avoir de moyen de garde pour son enfant. Il existe dans ce cas d’autres dispositifs d’accompagnement.
Le jeune intègre en outre le club sur la base du volontariat.

Comment accompagnez-vous les jeunes concrètement ?
Les jeunes n’ont qu’un interlocuteur, c’est-à-dire moi, et je les suis pendant trois mois dans le cadre de séances collectives et d’entretiens individuels, au rythme de trois fois par semaine au démarrage, un rythme qui évolue ensuite en fonction des besoins de chacun.
Je commence par travailler leur représentation du marché du travail. Je les sensibilise au marché de l’emploi caché, qui concentre l’essentiel des opportunités d’emploi. Un bon moyen de leur faire prendre conscience de l’importance des candidatures spontanées et d’introduire un travail sur la manière de démarcher les entreprises, la prospection téléphonique, physique...
Nous identifions également les compétences de chaque jeune en fonction du poste visé, ce qui permet de retravailler ensuite le CV et la lettre de motivation. Puis vient le moment de la recherche d’emploi : comment cibler les entreprises, utiliser l’informatique pour rechercher des renseignements en vue des entretiens ou relancer ensuite les recruteurs ?
Des jeux de rôle permettent de travailler le savoir-être, et je finalise cette étape par une préparation aux entretiens avec une simulation d’entretien filmée. Après, on fonce !

Comment s’organise justement la recherche d’emploi ?
L’accompagnement devient individuel et personnalisé. Certains ont davantage besoin de soutien que d’autres, sur le plan de la confiance notamment. Je peux ainsi être amené à faire intervenir une psychologue du travail si je constate que l’un d’entre eux à un problème. Et puis, une grosse partie de mon temps est consacré aux déplacements en entreprise. Je leur présente les jeunes du club, met en avant leurs candidatures, organise des rencontres... bref, je les aide à trouver un emploi !
Mais le principal pour moi, c’est tout de même de leur donner toutes les clés pour qu’ils soient autonomes dans leur recherche.

Quel bilan tirez-vous des premiers mois d’expérimentation à Toulouse ?
Très positif dans le cas du premier groupe (ils sont 14 jeunes dans chaque groupe), puisque 12 jeunes sur 14 ont trouvé une solution d’emploi à la sortie du club. Pour la seconde session, il est encore trop tôt pour se prononcer... Et on verra pour la troisième, qui démarrera à la rentrée !
Propos recueillis par Ingrid Lemelle

Vous souhaitez intégrer le club « jeunes ZUS » à la rentrée 2013 ou en savoir plus ? Contactez Florian Angel par mail à l’adresse suivante : florian.angel@pole-emploi.fr

Sur la photo : Florian Angel est l’animateur du club « jeunes ZUS » de Toulouse. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/A-quoi-ressemble-le-club-jeunes-3440