A quoi doit-on le recul du nombre de demandeurs d’emploi en Midi-Pyrénées ?

Fin septembre, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans emploi) s’établissait à 11.300 en Midi-Pyrénées et, pour toutes les catégories, à 173.200. Des chiffres qui témoignent d’une demande d’emploi en baisse. Un recul inattendu en cette rentrée que nombreux imaginaient « plombée » par l’arrivée des jeunes diplômés et des saisonniers en fin de mission. Ces chiffres confirment également la bonne tenue du marché régional, l’évolution mensuelle enregistrée en France restant pour sa part positive (+ 0,8 % pour la catégorie A et + 1,2% pour les catégories A,B C). Décryptage de Pierre Brossier, responsable études et statistiques à la direction régionale du Pôle emploi.

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (demandeurs sans emploi) a diminué de 0,8% entre septembre et août 2009 en Midi-Pyrénées, (soit 1. 000 demandeurs de moins), à quoi attribuez-vous ce sursaut du marché de l’emploi régional ?
Cette diminution est essentiellement liée à un effet mécanique. En août dernier, l’évolution de la demande a en effet été plus marquée que nous l’imaginions en raison d’une forte croissance des « premières entrées ». Les personnes qui arrivent sur le marché du travail, autrement dit surtout les jeunes diplômés à cette période de l’année, ont en effet davantage anticipé leurs démarches d’inscription en août, ce qui explique que le volume des « premières entrées » ait ensuite baissé de 0,7% entre septembre 2008 et septembre 2009. Les derniers chiffres traduisent donc plus un rattrapage qu’un véritable retournement de tendance, même si nous assistons incontestablement à une amélioration du marché, l’évolution de la demande d’emploi étant beaucoup moins marquée qu’en début d’année.

Quels sont les profils qui en bénéficient actuellement le plus ?
Au regard des évolutions annuelles, les femmes et les personnes ayant entre 25 et 49 ans. Sur un an l’évolution du nombre de demandeurs d’emploi hommes de catégories A, B, C (avec ou sans emploi) a été de + 26% contre + 12% pour les femmes, une différence que le recul de l’intérim et de la demande dans le bâtiment et l’industrie explique. Les demandeurs d’emploi de moins de 25 ans et les plus de 50 ans demeurent plus touchés avec des progressions annuelles respectives de l’ordre de 26% et 21%.

Pensez-vous que la diminution du nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans (- 7% sur un mois pour les catégories A, B, C), outre « l’effet mécanique » que vous nous avez expliqué, puisse également être liée aux nombreuses actions qui sont actuellement menées par la direction régionale du travail, la Région, les organisations patronales... ?
Une dynamique se met en place et toutes ces actions vont forcément porter leurs fruits à terme. Pour autant, je ne pense pas qu’on puisse pour le moment leur attribuer entièrement le recul de la demande d’emploi des plus jeunes.

Quels sont les secteurs qui soutiennent le plus le marché de l’emploi en cette rentrée et avez-vous des données qui permettent d’identifier les professions les plus demandées ?
Les secteurs les plus porteurs demeurent le commerce, l’hôtellerie restauration et les services à la personne et aux entreprises. En termes de fonctions demandées, nous observons là encore toujours une prépondérance des offres sur les métiers de télévendeurs, intervenants à domicile ou auprès d’enfants, cuisiniers, serveurs, employés et caissiers de libre-service…

Pour finir, ces « bons » chiffres sont-ils selon vous symptomatiques d’une tendance pérenne ou bien doit-on encore s’attendre à une situation en "dents de scie" pour les prochains mois ?
Ce qui est certain, c’est que les fortes hausse de la demande sont derrières nous. Pour autant, je ne vois pas le nombre de demandeurs d’emploi diminuer franchement avant quelques mois. Nous nous orientons probablement vers des croissances mensuelles de l’ordre de 0,5 à 0,6% (contre 2% début 2009) puis vers une stabilisation. Car si Midi-Pyrénées est moins touchée que d’autres régions, elle doit en revanche faire face à un solde migratoire important… ce qui continuera à soutenir la demande.
Propos recueillis par Ingrid Lemelle

Sur la photo : Pierre Brossier, responsable études et statistiques du Pôle emploi Midi-Pyrénées.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/A-quoi-doit-on-le-recul-du-nombre-805