ToulEmploi

Publié le lundi 5 mars 2018 à 14h08min par Ingrid Lemelle

Toulouse : l’esthétique passe à la vitesse supérieure

Du CAP au BTS, en formation initiale ou en alternance, le Campus Jasmin couvre un large panel de formations spécifiques aux « métiers de la beauté ». Avant de pouvoir les découvrir sur place, lors de ses JPO le 4 avril prochain, zoom sur les dernières nées.

Depuis sa création en 1965, le CFA Jasmin forme chaque année 500 jeunes aux métiers de la coiffure et de l’esthétique, avec un taux de réussite aux examens oscillant entre 93% et 100%.

Vers plus de compétences et de responsabilités

Deux nouveaux cursus sont venus étoffer son offre en 2017. Le BTS en apprentissage Esthétique cosmétique parfumerie, option Management, se place dans la continuité des formations existantes. Il a été créé à la demande des apprentis, désireux d’accéder à des enseignements toujours plus poussés. Il s’adresse en effet aux personnes déjà titulaires d’un Brevet professionnel ou d’un Bac professionnel, qui souhaitent accéder à des postes d’encadrement (création d’un institut, gestion d’une boutique de parfumerie, responsable de spa, technico-commercial pour une marque, etc.). La maîtrise du métier d’esthéticienne est alors indispensable. Mais les étudiants apprendront aussi à manager et superviser des équipes, et à créer de nouveaux protocoles de soins.

Second cursus ouvert à la rentrée, le Certificat de qualification professionnelle (CQP) Responsable de salon, complémentaire au CAP et au Brevet professionnel existants. « Il apporte un plus aux personnes qui aspirent à prendre des responsabilités », explique Nathalie Delprat, la directrice adjointe du CFA. Ses enseignements sont dispensés le lundi, et il compte six modules (apprendre à gérer une entreprise, construire un planning, gérer les conflits, etc.) Ce CQP cible non seulement les jeunes diplômés, mais aussi les chefs d’entreprise qui auraient besoin de revoir les fondamentaux.
Agnès Frémiot

Sur la photo : Les étudiants aspirent à acquérir plus de compétences pour pouvoir évoluer vers des postes à responsabilité. Photo DR.