ToulEmploi

Publié le lundi 2 février 2015 à 10h36min par Agnès Fremiot

Pourquoi s’inscrire sur JobIRL, le réseau social de l’orientation ?

Agnès Montmerle a pris en charge le développement de JobIRL dans le sud-ouest. Elle nous présente ce réseau social dédié à l’orientation.

Agnès Montmerle, pourriez-vous nous présenter JobIRL ?
Il s’agit d’une association loi 1901, créée à Paris en 2013, qui a développé un réseau social dédié à l’orientation des 14-25 ans. Son objectif est de permettre à des jeunes d’avoir un premier contact avec un métier, grâce à des professionnels qu’ils vont rencontrer via la plateforme, et avec qui ils vont échanger sur un métier. Sa créatrice Christelle Meslé-Génin est partie du principe qu’en France, il y a vingt-huit millions d’actifs pour cinq millions de jeunes qui étudient (à partir de la 3e). Elle pense que si chaque professionnel rencontre au moins un jeune par an, l’impact sera considérable.

Comment cela fonctionne-t-il concrètement ?
Les jeunes se créent un profil gratuitement sur le site, puis recherchent un métier ou un secteur qui les intéresse. Ils échangent ensuite avec un professionnel sur son travail en lui posant des questions par mail. Les échanges peuvent ensuite se poursuivre via Skype ou lors de rencontres. Les jeunes peuvent aussi décrocher par ce biais leur stage de 3e ou leur contrat en alternance.
A ce jour, le site référence 47 secteurs pour 840 métiers. Nous souhaiterions à terme que les jeunes puissent avoir accès à un professionnel par métier. Nous donnons également une visibilité aux écoles et aux centres de formation qui le souhaitent.

Qu’en est-il des professionnels ?
Ils peuvent s’inscrire à titre personnel, ou par l’intermédiaire de leur entreprise. Ils doivent avoir envie d’échanger sur leur métier. JobIRL ne leur demande pas un énorme investissement en temps et leur permet de valoriser leur expérience, ce qui est toujours appréciable.
Les entreprises peuvent également mettre en valeur leur profession par ce biais, et préparer les recrutements de demain dans le cas de filières en tension qui ont une vision sur le long terme.

Menez-vous également des actions concrètes « dans la vraie vie » ?
Oui, nous avons plusieurs types d’opérations. Nous proposons notamment à des lycéens de devenir nos ambassadeurs. Il s’agit à la fois des trouver des professionnels et d’organiser un forum métier dans leurs établissements scolaires. Nous mettons également en place des Happy JobIRL, des rencontres entre jeunes et professionnels.

Combien comptez-vous d’inscrits à ce jour ?
Nous avons 12.500 membres en tout, 1500 professionnels et 11.000 jeunes. 50% des membres se concentrent à Paris. Et nous comptons à ce jour une quarantaine de professionnels en Haute-Garonne.
Agnès Frémiot

Sur la photo : Agnès Montmerle, responsable du développement de JobIRL dans le sud-ouest. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.