ToulEmploi

Publié le lundi 11 septembre 2017 à 17h15min par Ingrid Lemelle

Hubworkair chasse les talents de l’aéronautique

Lancée par deux consultants, dont un Toulousain, la start-up a mis au point plateforme de recrutement en ligne spécialisée dans les métiers de l’aéronautique en CDI, CDD et en freelance. Derichebourg, Finaero et ASI Maintenance ont déjà déposé des offres d’emploi.

Un job board de plus ? Un site internet d’offres d’emploi ? "Non", répond sans hésiter le Toulousain Romain Rochet, 29 ans, l’un des deux fondateurs de Hubworkair, plateforme en ligne de recrutement dédiée aux métiers de l’aéronautique. "Dotée d’un algorithme de matching, de rencontres, on s’engage en une semaine à proposer aux entreprises clientes le top trois des meilleurs talents, avec CV, qualifications, mobilité éventuelle, fourchette de salaire et vidéo du candidat potentiel."

Deuxième levée de fonds

Depuis la création de la start-up en mars 2016, Hubworkair a réussi à convaincre 70 clients, dont Derichebourg, Finaero et ASI Maintenance à Toulouse, de déposer 140 offres d’emploi. « Ils recherchent des profils dans les métiers des opérations aériennes et de maintenance aéronautique, comme des mécaniciens, des techniciens et des ingénieurs », assure le co-fondateur Yoann Huang, 31 ans, sorti de l’École supérieure des métiers de l’aéronautique (Esma) de Montpellier.

Et la plateforme se félicite de compter dans sa base de données 4000 candidats, dont 200 Toulousains. « Ils s’inscrivent gratuitement en ligne", précise Yoann Huang. "Et, lors de l’embauche réelle, nous touchons une commission de 10% sur le salaire brut annuel du salarié ». Pour l’heure, 35 recrutements ont déjà été réalisés en CDI, CDD et en freelance.

La jeune société, après avoir effectué une première levée de fonds de 75.000 euros auprès de six dirigeants d’entreprises aéronautiques, se donne les moyens de ses ambitions. Une seconde levée de fonds de 600.000 euros est prévue à la fin de l’année. « 150.000 euros ont déjà été réunis", prévient Romain Rochet, formé à l’Ensica et à Supaero Toulouse, deux écoles supérieures d’aéronautique, puis à HEC. "Et nous avons décroché une bourse à l’innovation auprès de BPI France de 25.000 euros." Objectif : étendre la plateforme aux métiers du spatial, de l’avion militaire et des hélicoptères.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Romain Rochet (à gauche) et Yoann Huang, au dernier salon du Bourget, en juin dernier. Photo DR.