ToulEmploi

Publié le lundi 16 octobre 2017 à 18h03min par Agnès Fremiot

Comment la start-up Staffman trouve-t-elle des ingénieurs si rapidement ?

Installée à l’Incubateur Midi-Pyrénées, depuis mai dernier, la start-up Staffman se propose de mettre en relation les entreprises du numérique qui ont des salariés disponibles avec celles qui recherchent des compétences. Bastien Vialade nous présente son projet.

Bastien Vialade, pourriez-vous revenir sur la genèse de votre projet ?
Mon associé, Joël Alaux, et moi, sommes tous les deux issus de l’univers des Entreprises de services numériques (ESN). J’ai notamment travaillé pour Astek et Alten, avec de belles réussites à mon actif. A 42 ans, j’ai décidé de relever un nouveau challenge en créant ma propre société. Nous souhaitions nous placer dans la lignée de l’économie collaborative, tout en mettant en application nos compétences, voilà pourquoi nous nous sommes intéressés au staffing dans les ESN.

C’est quoi l’idée ?
Les entreprises ont du mal à trouver rapidement des ingénieurs informatiques. En France, il en manque 10.000 par an, et ce déficit s’accroît d’année en année. Dans le même temps, dans les entreprises du numérique, 5% à 15% des ingénieurs sont disponibles entre deux missions. Ces périodes de disponibilité sont compliquées à gérer pour les entreprises, car elles leur coûtent cher. De plus, ces ingénieurs ne sont pas visibles sur les job boards. Nous avons donc souhaité faire matcher ces deux problématiques.

Comment se fait la mise en relation ?
Nous avons fait grandir le concept autour de notre slogan : « comment trouver un ingénieur pour lundi ? » Nous apportons désormais toutes les solutions pour qu’une société puisse trouver rapidement une personne qualifiée. Notre plateforme est ouverte aux candidats qui recherchent une opportunité, aux free-lances, et aux salariés disponibles. L’entreprise, elle, se rend sur notre site, renseigne la compétence qu’elle recherche, et voit s’afficher les ingénieurs disponibles en temps réel. S’il s’agit d’un candidat ou d’un free-lance, la mise en relation est directe. Et si la personne est en poste, elle entre en contact avec son manager avec qui elle met en place une relation de sous-traitance.

Quelles sont les modalités d’inscription ?
Ce service est totalement gratuit pour les free-lances et les candidats. Il est en revanche payant (sous forme d’un abonnement mensuel) pour les entreprises en recherche ou celles qui placent un candidat. Elles peuvent ensuite avoir autant de missions et de mises en relation qu’elles le souhaitent.

Où en êtes-vous de votre développement ?
Nous avons déjà 90 entreprises clientes, principalement des ESN toulousaines, et 200 utilisateurs pour un flux permanent de 200 ingénieurs. Nous ciblons principalement les sociétés entre 20 et 100 personnes, car c’est celles pour qui l’impact de l’inter-mission est le plus fort. Mais de grands groupes ont déjà eu recours à nos services.
Propos recueillis par Agnès Frémiot

Sur la photo : Bastien Vialade, le pdg de Staffman. DR.