ToulEmploi

Publié le mercredi 16 mai 2018 à 16h10min par Ingrid Lemelle

1/4 : Changer de vie…. ils ont osé !

Par envie de tout envoyer balader. Par peur de passer à côté de sa vie. Par obligation parfois. La reconversion professionnelle s’impose à certains. Elle en fait rêver beaucoup d’autres. 1re partie de notre dossier qui proposera trois portraits de personnes qui ont osé.

Nous avons tous eu, un jour ou l’autre, envie de changer de vie. De région, de patron, de profession, de conjoint… voire tout ça à la fois. Cette aspiration au changement serait partagée par 70% des français, selon une enquête réalisée par Opinion Way, pour ING Direct. Et elle serait même particulièrement forte chez les femmes (75%) et les 35/49 ans (80%).

LE BA-ba pour ne pas l’avoir « dans le baba »

Des français en quête de liberté (c’est ce à quoi ils associent le changement en premier), mais aussi de sens. C’est particulièrement le cas parmi les personnes qui changent complètement de métier. C’est bien souvent l’envie de tendre vers une profession plus cohérente avec leur personnalité, leur rythme, leurs valeurs… qui les incite à oser faire le grand saut ! À oser oui, car la démarche n’est pas dénuée de risques. Le premier pas consiste à souhaiter simplement rompre avec un quotidien trop pesant. Vouloir n’importe quoi plutôt que ce que l’on vit. Il importe alors de se poser les bonnes questions. Quels sont les choses, les aspects, les personnes… qui « polluent » tant votre quotidien ? Un rythme ou un environnement de travail différent ne peuvent-ils pas vous permettre de renouer avec une vie plus épanouissante ? Cela suffit bien souvent…

Autre danger, idéaliser votre projet de reconversion. Ce n’est certes pas parce qu’on aime une activité, que la répéter chaque jour, dans un contexte professionnel et avec une nécessité de rentabilité économique (ou pour le moins d’équilibre) sera LA solution. D’où l’importance de confronter votre projet à la réalité. De passer par exemple quelques jours avec une personne qui fait le métier auquel vous aspirez. Quitte à être déçu(e).

Viennent ensuite les questions d’ordre financier. Changer de métier est aléatoire : on connaît la situation que l’on quitte, ses revenus, sans parfois avoir aucune garantie de ce que l’on va gagner par la suite a fortiori lorsque le souhait consiste à devenir indépendant, artisan, commerçant… Et qui plus est, lorsque l’ambition nécessite de passer par la case formation ! Ce qui arrive souvent.

Tous ces aspects doivent évidemment être pris en compte. L’entourage également. Est-il prêt à vous soutenir, à accepter d’éventuels « sacrifices », à vous suivre dans votre aventure… ? Une interrogation essentielle. Rien de surprenant à ce que les personnes que nous avons rencontrées aient ainsi élaboré leur projet en couple, ou qu’elles aient pris soin de souligner que sans le soutien de leur conjoint, l’aventure n’aurait pas été la même. Car si les parcours de nos témoins sont heureux, ils sont aussi exigeants. Le prix de la liberté ?
Ingrid Lemelle


Les trois freins au changement de vie

Interrogés par Opinion Way pour ING Direct, les Français sont nombreux à déclarer songer à changer de vie, mais pointent, dans le même temps, de nombreux obstacles. La question financière arrive en tête des freins à leur aspiration (citée par 56% des personnes interrogées), suivie par les obligations familiales (38%), puis les ressorts psychologiques, notamment manque de courage (32%).

Photo Fotolia @iko.