L’ENIT, l’école d’ingénieur qui monte en puissance

Avec 1.200 élèves inscrits à la rentrée, la troisième école d’ingénieurs de Midi-Pyrénées n’a pas à rougir face à la concurrence toulousaine et continue d’attirer les étudiants scientifiques, notamment grâce à ses filières en apprentissage et sa politique d’ouverture sociale.

Une rentrée « satisfaisante » et « sociale ». Ainsi pourrait se résumer la tendance à l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tarbes qui a enregistré, avec 1.200 étudiants inscrits en septembre, une augmentation de 10% de ses effectifs par rapport à l’année dernière.
Selon le directeur de l’école, Jacques-Alain Petit, cette croissance est directement liée « à la montée en puissance » des formations en apprentissage qui accueillent cette année une cinquantaine d’étudiants. Une nouvelle filière orientée aménagement territoriale a d’ailleurs été créée à la rentrée afin de répondre à la demande des collectivités.

« Cette passerelle nouvelle qu’est l’apprentissage est pour nous l’occasion de promouvoir l’égalité des chances », se félicite Jacques-Alain Petit, qui souhaite que son école soit exemplaire en matière d’ouverture sociale et de diversité.
Car outre ses 30% d’élèves boursiers (relativement au-dessus de la moyenne), l’ENIT a développé des actions envers des collégiens et lycéens « pour leur faire comprendre que le métier d’ingénieur n’est pas impossible pour eux ». Mais aussi en direction de la gent féminine qui ne représente que 10,5% des inscrits, l’objectif étant de passer à 15% d’ici trois ans. Des travaux visant à faciliter l’accessibilité devraient également permettre de faciliter l’accueil des personnes handicapées.

Une volonté d’autonomie

Troisième école d’ingénieurs de la région derrière l’INSA de Toulouse et l’ENSEEIHT/INP, l’ENIT propose une formation généraliste avec des dominantes en génie mécanique et en industrie qui jouit d’une bonne réputation. Selon la dernière enquête Premier emploi de l’école, réalisée en 2008, près de 80% des étudiants ont trouvé un travail dans les deux mois qui ont suivi l’obtention de leur diplôme.

Mais pour continuer à se développer, l’ENIT table sur plusieurs évolutions structurelles dans les années à venir, comme le passage du statut d’Etablissement public à caractère administratif (EPA) à celui d’Etablissement public à caractère scientifique, culturelle et professionnel (EPSCP).
L’école espère également passer à l’autonomie d’ici au 1er janvier 2011, ce qui lui permettrait de doubler son budget (de 10 à 21 millions d’euros) et ainsi de mieux gérer son fonctionnement.
Julie Duquenne

Plus d’infos sur le site de l’ENIT

Photo DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/L-ENIT-l-ecole-d-ingenieur-qui-785