Comment les édus-hackers révolutionnent-ils l’apprentissage ?

Grâce aux moocs ou aux édus-hackers, l’accès au savoir se démocratise sur la toile. Alban de Larrard, un entrepreneur toulousain qui diffuse des cours d’anglais gratuitement via son site anglaiscours.fr, revient sur le phénomène.

Pouvez-nous expliquer ce que sont les édu-hackers ?
La définition est un peu floue mais selon moi il s’agit concrètement d’une personne un peu débrouillarde qui donne elle-même en ligne, sans classe et sans maison d’édition, des cours dans l’unique but de partager. Tout professeur avec suffisamment de temps, de savoir et de volonté peut ainsi organiser un cours en ligne et devenir un édu-hacker.

Quelle est l’origine de ce concept ?
C’est internet qui a rendu ce grand bouleversement possible dans l’éducation. Avec les « moocs » (pour Massive Open Online Course, un cours en ligne qui réunit à distance professeurs et élèves) notamment aujourd’hui nous sommes en train de changer la façon d’apprendre. Il ne s’agit pourtant pas forcément de remplacer les méthodes traditionnelles mais de la compléter grâce à ce nouvel outil. En un an, un des moocs principaux est passé de 3 millions d’utilisateurs à 6 millions aujourd’hui.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples concrets ?
Parmi les instigateurs de ce mouvement, on peut songer à la Khan Academy, qui est devenu un phénomène de société. Elle délivre des cours de mathématiques en ligne. Je pense également à Lynda.com, pour les anglophones, créé par une femme qui propose contre un abonnement relativement peu coûteux des vidéos dispensant des cours sur de nombreux sujets. Je me suis formé par ce biais à Photoshop.

En quoi Anglais-cours, votre site, se positionne-t-il dans cette logique ?
Nous proposons via de petites vidéos des cours de grammaire académique expliqués clairement et simplement. Nous n’avons pas choisi de nous appuyer sur des prouesses technologiques mais de nous adresser au plus grand nombre via des vidéos conviviales. Dans le cadre du édu-hacking, chacun professe à sa façon. De notre côté, nous misons sur le relationnel. Aujourd’hui, 55.000 personnes sont abonnées à notre newsletter. Nous avons également créé une application payante disponible sur Windows 8 et iPad pour poursuivre dans cette voie. Nous entendons maintenant développer l’espagnol sur le même principe.
Agnès Frémiot

Sur la photo : Alban de Larrard diffuse gratuitement des cours d’anglais via son site anglaiscours.fr. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.

2 Messages

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Comment-les-edus-hackers-veulent-revolutionner-l-apprentissage,12508