Comment Hanvol facilite-t-elle l’intégration des handicapés dans l’aéronautique et le spatial ?

Regroupant les principaux groupes du secteur aéronautique et spatial français, l’association Hanvol participe à l’insertion des personnes en situation de handicap par le biais de formations en alternance. 25 stagiaires - un nombre en constante augmentation - suivent ainsi un cursus cette année, dont plus de la moitié en région toulousaine. Présentation de cette structure et de ses actions avec son délégué, Claude Legras.

Quels sont les objectifs de l’association Hanvol ?
La structure a pour but d’insérer les personnes en situation de handicap dans l’industrie aéronautique et spatiale par le biais de la formation. Les entreprises se sont en effet aperçues qu’elles étaient en capacité d’employer des personnes handicapées. Mais le problème était celui des compétences. D’où l’idée de proposer des contrats en alternance. Hanvol a ainsi été créée en 2010 à l’initiative du Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, ndlr) et avec le soutien de l’Agefiph. Les groupes Astrium, Dassault Aviation, Safran, Thalès, MBDA et UTC Aerospace Systems ont adhéré dès le départ. Airbus et Assystem nous ont ensuite rejoint.

Comment se déroulent les formations ?
En avril, débute une pré-formation de dix semaines, dispensée par l’Afpa et financée par l’Agefiph. Il s’agit de redonner confiance, remettre le pied à l’étrier aux stagiaires, et les réhabituer au rythme scolaire. Air Emploi, qui est en quelque sorte le centre d’orientation du secteur aéronautique, intervient pour présenter les métiers et aider à monter de mini-projets professionnels. Des visites d’entreprises sont également au programme. Les stagiaires qui signent un contrat en alternance avec les sociétés membres d’Hanvol suivent ensuite leur formation dans les organismes traditionnels, l’association restant à leur disposition en cas de besoin.

Quels cursus sont proposés ?
Tous. De la Certification de qualité professionnelle (CQP) au diplôme d’ingénieur. Les métiers concernés sont aussi très divers : mécanicien, technicien, logistique, qualité, ingénieur... L’objectif étant, dans la mesure du possible, d’accompagner les stagiaires vers un niveau supérieur à celui qui était le leur en arrivant.

Quel est le processus de recrutement ?
En janvier, nous regardons quels postes sont ouverts à l’alternance dans les entreprises. Puis nous contactons les organismes tels que Pôle emploi ou Cap emploi pour trouver des candidats. Dès janvier, il est également possible de candidater directement sur le site d’Hanvol (www.hanvol-insertion.aero). Le cabinet de recrutement Génie RH opère ensuite une première sélection. Les personnes retenues sont conviées à une session d’information suivie d’un entretien de recrutement.

Qui peut bénéficier de l’accompagnement d’Hanvol ?
Des personnes handicapées de tout âge. Cette année, nous avons même un stagiaire de 58 ans ! Un niveau BEP ou CAP technique est cependant fortement recommandé, voire requis. Lors des entretiens de recrutement, priorité est donnée à la motivation.

En Midi-Pyrénées, quelles entreprises accueillent les stagiaires accompagnés par Hanvol ?
Airbus, Thalès Alenia Space, Astrium, Assystem et Microturbo, filiale du groupe Safran.
Propos recueillis par Thomas Gourdin

Sur la photo : Claude Legras, délégué de l’association Hanvol. DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Comment-Hanvol-facilite-t-elle-l-2873