ToulEmploi

Publié le lundi 18 juin 2018 à 18h39min par Agnès Fremiot

La start-up toulousaine Vyfe ambitionne de devenir le Klaxoon de la formation

Accélérée au Village by CA à Toulouse, la start-up Vyfe utilise la vidéo pour permettre aux apprenants de s’investir dans leur formation et de conserver leurs acquis sur le long terme.

La start-up Vyfe adapte l’utilisation de la vidéo, déjà effective dans le sport de haut niveau depuis le début des années 2000, à la formation professionnelle et continue. « Avant de créer ma propre start-up en février, j’avais commencé à étudier la diversification de ce marché à l’éducation pour une grande entreprise internationale pour laquelle je travaillais. Quand celle-ci a arrêté ses activités en France, j’ai décidé de poursuivre la conquête des secteurs que j’avais déjà approchés », explique Alexandre Waquier, le créateur de Vyfe.

L’entreprise met à disposition des entreprises des outils vidéos pour améliorer l’apprentissage et la rétention d’informations chez les apprenants. La solution est proposée sur une application mobile pour les formations en présentiel et sur une plateforme web pour la formation à distance. « Un outil qui n’est pas nouveau, mais qui était jusqu’alors très contraignant à mettre en place. Aujourd’hui, il suffit de filmer avec un smartphone et d’utiliser une tablette pour débriefer le savoir-être ou les postures », poursuit Alexandre Waquier. La plateforme permet, elle, de créer du contenu et de travailler en distanciel de manière asynchrone. « Nous nous chargeons de l’apprentissage des formateurs qui créent ensuite leurs propres grilles en fonction de leurs besoins. »

Le présentiel comme porte d’entrée sur le marché

Le modèle économique de la société repose sur la location de la licence à l’année en mode saas. Pour l’utilisation de la plateforme, le prix dépend du nombre d’utilisateurs associés. « Nous proposons un tarif attractif aux formateurs indépendants qui risquent de se servir exclusivement de l’application. » Vyfe en est pour la moment à la phase bêta de son activité, mais va démarrer la commercialisation des ses solutions, dès le mois de juillet. Des grands groupes lui font déjà confiance comme le Crédit Agricole, le Crédit Agricole Immobilier ou GRDF. « Nous avons également signé un partenariat avec Bizness à qui nous allons proposer des outils pédagogiques. Dans nos priorités, nous souhaitons d’abord adresser notre solution pour la formation en interne dans les entreprise. Nous nous intéressons ensuite à l’éducation. Nous avons déjà réalisé un pilote pour TBS. La santé compte enfin parmi nos cibles. »

L’ambition de Vyfe est de devenir le Klaxoon de la formation en utilisant comme porte d’entrée le présentiel. « La concurrence est plus vive dans le domaine de la formation avec distance. Nous avons identifié 600 plateformes rien qu’en France dans ce domaine. » Dès la fin de l’année, la société entend également réaliser sa première levée de fonds dans l’optique de structurer ses ressources humaines.
Agnès Frémiot

Sur la photo : L’équipe de Vyfe, Romain Coeur, Léa Liauzun-Cau et Alexandre Waquier, son fondateur. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.