ToulEmploi

Publié le lundi 21 septembre 2015 à 12h08min par Armelle Parion

Des jeunes du Mirail proposent des actions pour l’éducation et l’emploi

Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, le préfet de région a donné carte blanche à un jeune du Mirail, pour réfléchir à des actions à mettre en place dans les quartiers prioritaires de Toulouse, sur l’éducation, l’emploi et le logement.

Après des échanges avec les habitants de la Faourette et la Reynerie, le préfet de Midi-Pyrénées, Pascal Mailhos, a proposé au jeune Sabri Boumjri de constituer un groupe pour réfléchir aux difficultés des quartiers prioritaires, et apporter des solutions sur les thèmes de l’éducation, du logement et de l’emploi. « Beaucoup de jeunes sont confrontés à des freins dans leur insertion sociale et professionnelle. Le chômage est deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires », assure Pascal Mailhos.
« Je me suis entouré d’un groupe pluriel, venant ou non des quartiers. Latifa et Simon suivent un Master de droit, Sofiène est à TSE. On ne prétend rien révolutionner, mais proposer des outils pratiques », explique Sabri, 22 ans, qui a dû abandonner ses études de commerce international et travaille au collège Bellefontaine. Après huit mois, ponctués de rencontres avec le rectorat et Pôle emploi, les jeunes ont élaboré une dizaine de propositions.

16 partenariats pour l’alternance

« Nous souhaitons que soit créée une plateforme Internet dédiée aux étudiants sur Pôle emploi, avec des offres de stages et d’apprentissage, ainsi qu’un lieu où les jeunes pourraient venir préparer des entretiens ou apprendre à rédiger leur CV », énumère Sabri. Et de saluer les 16 partenariats locaux signés dans le cadre de la charte nationale Entreprises et Quartiers, dont deux nouveaux, avec Airbus et Bouygues Énergie et Services, pour encourager les stages et l’alternance.
Latifa Hamidallah insiste sur la nécessité d’organiser des cérémonies de remises de diplômes avec les familles et des représentants de l’État, afin de « valoriser les parcours, et de saluer l’accompagnement des familles, un facteur déterminant de la réussite ». Le groupe suggère également un passage plus régulier des conseillers d’orientation dans les classes. « On peut faire des études gratuites et aller loin, mais il est important d’être aidé dans son orientation », témoigne Marie-France Barthet, présidente de l’Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, elle-même issue d’un quartier défavorisé.

Plusieurs dispositifs gagneraient à être mieux connus, à l’instar du Coup de pouce pour l’emploi, un tutorat proposé dans les quartiers en difficulté. Annie Blaquié, directrice territoriale de Pôle emploi en Haute-Garonne, s’est déclarée « à l’écoute de ces propositions innovantes, d’autant qu’on nous demande d’améliorer le retour à l’emploi et la confiance des habitants des quartiers ». Aucune enveloppe budgétaire précise n’a été attribuée au projet, mais un comité de pilotage assurera le suivi des initiatives. Un état des lieux est prévu en juin.
Armelle Parion.

Sur la photo : Sabri Boumjri, entouré des jeunes qui ont planché sur les actions à mettre en place dans les quartiers prioritaires de Toulouse. Photo Kevin Figuier - ToulEmploi