Pourquoi l’AFT-Iftim ouvre-t-il un CAP opérateur logistique ?

Article diffusé le 5 juillet 2014

Dès la rentrée 2014, une nouvelle formation de niveau CAP logistique viendra compléter le panel propose par le centre de formation d’apprentis de l’AFT-Iftim à Toulouse. Le point avec Philippe Bastien, directeur régional de l’organisme de formation dédié au transport logistique.

Vous ouvrez à la prochaine rentrée scolaire une formation à destination des jeunes souhaitant s’orienter vers un CAP opérateur logistique, baptisé Agent d’entreposage et de messagerie. Pourquoi cette nouvelle offre ?
Jusqu’à présent, nous proposions un catalogue de formations allant du Bac pro au Titre professionnel technicien(ne) supérieur(e) en méthodes et exploitation logistique, formation supérieure en logistique de niveau Bac +2. Le BEP ayant été supprimé en faveur du Bac professionnel en trois ans, nous peinions à recruter des jeunes en seconde professionnelle. Ces jeunes préféraient partir vers des formations en CAP, plus courtes. A contrario, les demandes d’accès au niveau 1ère augmentent, pour envisager un retour vers un Bac, voire des études supérieures, après un apprentissage. Manquait donc ce maillon à la filière de formation.

Qu’est-ce qui explique ce phénomène ?
On peut invoquer plusieurs raisons. D’abord la crainte pour un jeune de 15 ans à s’engager pour trois ans d’études alors qu’il éprouve des difficultés scolaires. Le CAP parait plus accessible et n’empêche pas de revenir vers des études de niveau Bac ou plus après les deux années de CAP. C’est le cas d’une jeune femme qui, entrée en BEP, entame cette année un diplôme de niveau Bac +3 en logistique.
La seconde difficulté est liée aux entreprises, pour lesquelles il est difficile de s’engager en contrat d’apprentissage pour trois ans, avec un jeune de 16 ans. Le CAP est plus adapté.

Quel est le contenu de la formation ? Comment s’organise-t-elle ?
La formation s’organise sur deux ans autour d’un enseignement général, d’un enseignement technique et d’un apprentissage en entreprise, encadré par un maitre de stage qui s’implique dans le transfert de savoir-faire et de savoir-être. L’apprenti est une semaine sur deux à l’école. Durant la semaine au centre de formation, les enseignements techniques sont basés sur la gestion de stock, la conduite d’engins élévateurs, l’expédition, l’emballage. Des métiers en tension, notamment en Midi-Pyrénées.

Justement, quels sont les débouchés ?
En Midi-Pyrénées, les métiers de la logistique revêtent des formes variées : magasinier, gestionnaire de stock, cariste en entrepôt, manutentionnaire… L’un des avantages de ce secteur est qu’il permet d’évoluer, les passerelles d’un métier à l’autre sont plus simples que dans les métiers de l’industrie, par exemple. On a la possibilité de gravir les échelons : on commence magasinier puis on évolue vers des postes de chefs d’équipe, par exemple.

Comment s’inscrire ?
Il faut prendre contact avec nos équipes à l’AFT-Iftim. Nous organisons un premier rendez-vous pour une séance d’informations collectives, suivie, si le jeune est intéressé, d’un entretien et de tests de niveau. La première promotion devrait accueillir une quinzaine de jeunes.
Propos recueillis par Valérie Ravinet

Sur la photo : Philippe Bastien, directeur de l’AFT-Iftim en Midi-Pyrénées. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Pourquoi-l-AFT-Iftim-ouvre-t-il-un-CAP-operateur-logistique,14117