Les services à la personne se professionnalisent

Sur un secteur qui constitue un vrai potentiel de reconversion, les organismes publics ont imaginé un programme de formation afin d’armer les salariés dans leur spécialité. Un projet en expérimentation mais non sans avenir...

C’est un dispositif unique qui ne concerne actuellement que dix candidats lotois mais doit permettre à terme de former sur la région des centaines de personnes en recherche d’emploi.
La filière des services à la personne se hisse certes aujourd’hui parmi les plus grosses pourvoyeuses d’emploi. Et ce projet, expérimenté à Gramat, vise à réinsérer des personnes difficilement employables. Parce que peu ou pas diplômées la plupart du temps. Il propose donc une formation de 521 heures sur un an, mêlant théorie et pratique puisqu’au fil des mois, les mises à disposition en entreprise se font plus nombreuses et plus longues. Une confrontation à l’entreprise qui doit bien sûr favoriser l’embauche, mais aussi l’emploi durable.

La formation comme rempart

Initiée par la COORACE Midi-Pyrénées en partenariat avec AGEFOS PME Midi-Pyrénées, la Direccte, Irfa Sud et Pôle emploi Midi-Pyrénées, cette formation a le soutien financier de nombreux autres organismes qui ont tous pour objectif de professionnaliser ces métiers. Objectif, assurer une certaine protection à ceux et celles qui les occupent : « Rien ne garantit qu’un jour la défiscalisation liée aux services à la personne ne soit pas remise en cause, souligne ainsi Valérie Arsanger, responsable du projet SAP à l’AGEFOS PME Midi-Pyrénées. Le jour où il n’y aura plus ce coup de pouce, nombre d’individus exerçant dans ce domaine se retrouveront sans emploi. »
La formation constituera alors un rempart au moment de cette sélection par le licenciement…

C’est à Pôle emploi que revient la mission de désigner, sur critères d’éligibilité, les bénéficiaires d’un tel parcours. La motivation de chacun face au retour à la « scolarité » restreint ensuite les candidatures. Car l’engagement est intense pendant cette année.
A l’issue de cette expérience, en décembre prochain, ses initiateurs ont bon espoir de pouvoir la dupliquer sur d’autres territoires, en commençant par la Haute-Garonne. Et de contribuer ainsi non seulement à la professionnalisation d’un secteur, mais surtout à sa structuration et à l’ébauche d’une convention collective.
Nathalie Malaterre

Sur la photo : Valérie Arsanger, responsable du projet SAP à l’AGEFOS PME Midi-Pyrénées. Photo Hélène Ressayres - DS Média.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Les-services-a-la-personne-se-1244