L’emploi régional passera-t-il l’hiver ?

Des offres d’emploi en nette augmentation, des entreprises qui recrutent à nouveau, un marché du travail temporaire qui retrouve son niveau d’avant-crise...

Depuis le début de l’année, Midi-Pyrénées semblait enfin renouer doucement mais sûrement avec la croissance. Un regain de confiance que la conjoncture économique européenne et internationale a rapidement balayé. En cette rentrée, c’est de nouveau l’inquiétude qui prévaut. Un climat qui pourrait entraîner une réaction en chaîne : réduire les capacités d’investissements des entreprises, les inciter à reporter ou à geler des embauches, voire provoquer de nouvelles vagues de licenciements.
Nous avons demandé à quatre experts du marché de l’emploi régional de nous faire part de leurs sentiments. Leurs analyses témoignent de la situation très paradoxale dans laquelle de nombreux dirigeants se retrouvent désormais, c’est-à-dire contraints à recruter pour pouvoir accompagner leur activité mais sans en avoir cependant les moyens...

Photo Sylvie Thenard - Fotolia.

Pierre Brossier, responsable du service Statistiques, Études et Évaluations de Pôle emploi Midi-Pyrénées

« Plusieurs éléments laissent présager une amélioration »

Comment analyser les derniers chiffres de l’emploi ?
C’est très particulier en ce moment. Tous les indicateurs sont au vert depuis quelques mois, qu’il s’agisse des offres d’emploi, de l’évolution de l’emploi salarié, de l’intérim... et pourtant, la situation s’est dégradée pour les demandeurs d’emploi (+ 6% entre juin 2010 et juin 2011), la croissance étant restée trop modérée pour inverser la tendance. Mais je pense que cela ne va pas durer.

Pourquoi ?
Plusieurs éléments laissent présager une amélioration, à l’instar de la nette reprise du marché du travail temporaire, l’intérim étant traditionnellement un indicateur avancé du marché du travail. Les offres d’emploi continuent en outre à progresser, surtout celles de plus de six mois (+ 23,1% de variation annuelle en août dernier, contre + 17,5% pour l’ensemble des offres). C’est là encore un bon signe. Le marché, qui était essentiellement soutenu par le tertiaire pendant la crise, est de nouveau porté aussi par l’industrie et la construction. Enfin si la demande d’emploi continue à augmenter depuis quelques mois, on observe que les variations sont moins marquées que par le passé.

Pourtant, les derniers évènements économiques semblent peser sur la confiance des dirigeants...
S’ils focalisent sur la crise, oui, c’est vrai que cela peut avoir un impact sur les recrutements. Mais la réalité économique régionale, c’est que de nombreux secteurs (et pas seulement l’aéronautique) enregistrent une reprise d’activité, et que beaucoup d’entreprises n’ont pas d’autre choix que de recruter pour accompagner cette croissance... Ce qui est certain c’est que Midi-Pyrénées joue actuellement en dessous de son niveau !

Jean-Sébastien Fiorenzo, responsable service aux entreprises Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Limousin de l’Apec

« Nous n’observons pas encore de baisse »

L’emploi cadre connaît une nette reprise depuis le début de l’année, qu’en est-il en Midi-Pyrénées ?
Les seuls éléments sur lesquels nous pouvons nous appuyer à ce jour sont les offres d’emploi enregistrées sur apec.fr, et sur ce point, la reprise est très nette en Midi-Pyrénées et même légèrement supérieure à celle observée au national. Sur le premier semestre 2011, le volume d’offres a ainsi progressé de 74% contre 69% pour l’ensemble de la France. Et la région se révèle toujours très dynamique pour les cadres puisque Midi-Pyrénées représente 4,1% des offres diffusées au national, contre 2,6% pour Aquitaine ou 1,7% pour Languedoc Roussilon. Mais encore une fois, il ne s’agit que d’offres et donc d’intentions, et puis le marché de l’emploi cadre régional reste très spécifique...

C’est-à-dire ?
Qu’il ne profite, comme toujours, qu’à quelques fonctions, principalement à celles liées à l’aéronautique, l’ingénierie et l’informatique. Les profils qui sont les plus recherchés actuellement sont d’ailleurs les ingénieurs aéronautiques (les offres ont augmenté de 115% !), les informaticiens spécialisés dans le Web (+ 52%), les ingénieurs en R&D (+ 48%)... Autrement dit des niches. Pour tous les autres en revanche, les opportunités restent rares.

Quel est votre sentiment en cette rentrée, comment les entreprises régionales réagissent-elles au contexte économique international ?
Pour l’instant, nous n’observons pas encore de baisse au niveau des offres et les programmes de recrutement des sociétés de services en ingénierie et en informatique (SSII) semblent se poursuivre comme prévu. Si conséquences il y a, je pense que nous devrions le sentir dans quelques semaines...

Bernard Petit, délégué régional du Prisme (Professionnels de l’intérim, services et métiers de l’emploi) Midi-Pyrénées

« La tendance reste bonne et augure une bonne fin d’année »

Comment se porte le marché de l’intérim en Midi-Pyrénées ?
Depuis le début de l’année, le marché enregistre des évolutions supérieures à 10% tous les mois (jusqu’à + 17% en mai), le nombre d’intérimaires en mission ayant progressé de 14,4% sur le premier semestre 2011. Midi-Pyrénées fait donc toujours partie des régions les plus dynamiques en matière de travail temporaire, mais surtout, si le marché était essentiellement soutenu par les services l’année dernière, son dynamisme est désormais porté par tous les secteurs.

Avez-vous observé une baisse depuis quelques semaines ?
Non, l’activité est restée soutenue cet été et l’incertitude joue plutôt en faveur du marché. Si l’intérim s’est développé dans l’industrie ou le bâtiment ces derniers mois, c’est pour faire face à une croissance d’activité, or leurs carnets de commande restent fournis pour les mois à venir. La crainte d’embaucher en CDI va certainement s’accentuer dans le contexte économique actuel, mais les besoins sont bien là et les entreprises vont devoir continuer à recruter pour assurer leur activité.

Vous restez donc optimiste pour les mois à venir ?
Oui, la tendance reste bonne et augure une bonne fin d’année, indépendamment de la crise dont l’outil industriel régional ne tient pas compte.

Corinne Cabanes, directrice du cabinet conseil en recrutement Menway Sud-Ouest

« Les candidats doivent se positionner rapidement avant que les embauches ne soient gelées »

Quel regard portez-vous sur la conjoncture actuelle ?
En vingt ans de métier, je n’ai jamais connu une situation aussi contrastée ! Nous observons une forte tension dans l’aéronautique et certains métiers connexes, certains métiers de la comptabilité, l’énergie ou la santé, pour lesquels nous allons même recruter à l’étranger désormais... et dans le même temps, une récession qui s’annonce et va probablement entraîner de nombreux plans sociaux, tous secteurs confondus. Car actuellement le problème des entreprises est davantage financier que lié à leur activité, la crise de confiance ayant des répercussions sur leurs relations avec les banques et ce, alors même que leur trésorerie est déjà en flux tendu...

Quels conseils donneriez-vous aux candidats ?
De se positionner rapidement avant que les embauches ne soient gelées, mais aussi de doubler leur candidature après des sociétés de travail temporaire car cette situation va profiter à l’intérim.
Les entreprises vont également être tentées de privilégier la mobilité interne, donc c’est le bon moment pour ceux qui se sentent à l’étroit dans leur poste de se positionner et de se former pour renforcer leurs compétences. Enfin, à défaut de trouver du travail, que les moins qualifiés se dirigent eux aussi vers la formation, les périodes de crise impactant toujours les moins qualifiés et les plus qualifiés.

Et aux entreprises ?
De miser sur leurs seniors, car c’est ça l’avenir ! De les former pour qu’ils puissent prendre le relais et former à leur tour les jeunes recrues, les faire gagner en compétences et les fidéliser, enjeux essentiels pour certains secteurs comme les SSII...

Dossier réalisé par Ingrid Lemelle

Photos Hélène Ressayres – ToulEco.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/L-emploi-regional-passera-t-il-l-2078