Dix ans de succès pour l’École de la deuxième chance Midi-Pyrénées

L’École régionale de la deuxième chance a mené 1400 jeunes adultes sortis du système scolaire vers la voie de la réinsertion. Ce jeudi 16 janvier, elle a fêté son dixième anniversaire. L’occasion de dresser le bilan et d’annoncer les projets.

C’est en 1998 à Marseille qu’est née la première des écoles de la deuxième chance, dont Edith Cresson, alors commissaire européen, venait d’élaborer le dispositif. Six ans plus tard, celle de Toulouse ouvrait ses portes, d’abord à Basso Cambo avant de s’installer à Bellefontaine, avec un objectif : l’intégration professionnelle et sociale de jeunes de 18 et 30 ans en échec scolaire, et donc sortis du système éducatif sans diplôme ni emploi. « Il s’agit de permettre à ces jeunes en difficultés de construire un projet professionnel dans un cadre bienveillant et de progresser dans l’apprentissage des matières générales », explique Marc Martin, le directeur de l’école toulousaine.

Durant neuf mois, ces jeunes adultes, dont la moyenne d’âge est de 22 ans, suivent des cours de remise à niveau et des stages en entreprises. L’école s’appuie sur un réseau de 1800 sociétés et organise près de 600 stages par an. Sur les 1400 élèves accueillis dans l’école, qui a fêté ses dix ans le 16 janvier dernier, 70% d’entre eux ont trouvé un emploi ou une formation qualifiante. Une belle réussite pour cette école pas comme les autres, se félicite le directeur.

L’école, une passerelle vers l’entreprise

L’école renforce ses liens avec les entreprises régionales. D’ailleurs, une douzaine d’entre elles, dont le géant de l’aéronautique Airbus, Freescale ou encore la régie des transports Tisséo, viennent de signer des conventions de partenariat. « Nous ouvrons nos portes aux entreprises afin que ces dernières s’engagent à accompagner les élèves. Elles les prennent en stage, les accueillent pour des visites dans leurs locaux, et se déplacent dans l’école pour assurer des ateliers sur des thématiques propres aux entreprises tous les jeudis matins », ajoute le directeur.

Et c’est muni d’un « passeport pour la formation tout au long de la vie » que les élèves se dirigent ensuite à 20% vers les métiers d’aide à la personne et à 20% dans le bâtiment et le gros œuvre. Quid de l’industrie ? L’école y travaille depuis l’année dernière, assure Marc Martin. « Ces entreprises travaillent à flux tendu et n’ont pas de temps à accorder aux stagiaires. De plus leurs métiers demandent des compétences techniques précises obtenues par une formation qualifiante. Mais, nous avons instauré un partenariat avec le CFA Industrie afin que les élèves puissent découvrir les métiers. Ce premier tremplin leur permet de se diriger vers les formations diplômantes ».
Audrey Sommazi

Sur la photo : 70% des élèves accueillis depuis dix ans par l’École de la deuxième chance Midi-Pyrénées ont trouvé un emploi ou une formation qualifiante. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.

L’école est financée par les collectivités locales, dont la Région à hauteur de 43%, par les entreprises à 12%, par l’État à 18% et par le Fonds social européen (FSE) à 27%.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/10-ans-de-succes-pour-l-ecole-de-la-2e-chance-Midi-Pyrenees,12497