Signaler un commentaire abusif

Signaler à la rédaction ce commentaire figurant sous l'article « Dès 2016, Toulouse comptera une école supérieure du manga» :

Dès 2016, Toulouse comptera une école supérieure du manga

Commentaire posté par Toulouse Manga le 6 juin 2015 01:04

Bonjour Maxime.

Tout d’abord, je vous invite à nous contacter à l’adresse suivante (contact@eima.school) si vous avez des questions, vous serez beaucoup plus sûr d’obtenir des réponses qu’ici, puisque nous ne sommes pas informés des commentaires.

Nous ne sommes pas un organisme reconnus d’état, c’est un choix délicat puisqu’il n’ouvre pas le statut d’étudiant à nos élèves, mais un choix assumé, car il nous permet de construire le programme de la formation comme nous l’entendons, en étroite collaboration avec des professionnels du milieu.
Donc pour répondre à votre première question, non, les élèves ne bénéficieront pas du statut d’étudiant lambda.

Concernant votre deuxième question, ce n’est effectivement pas une formation en alternance.
Nous sommes bien conscients que le tarif n’est pas accessible à tous, comme vous le soulignez vous-même, l’école doit être viable et pérenne, et il s’agit tout simplement du tarif qu’il nous est nécessaire de facturer à nos élèves pour fonctionner, une école privée se devant de prendre en charge elle-même l’intégralité de ses coûts.

Nous ne souhaitons cependant pas être une école accessible uniquement à une certaine tranche de la population, si ce n’est à la tranche qui a le talent et la ténacité nécessaires pour y accéder.
Nous réfléchissons donc actuellement aux moyens que nous pourrions mettre en place pour développer un système de bourses, pour un élève chaque année qui aurait le talent, mais pas les moyens de rejoindre l’école.
Mais ce n’est pas encore d’actualité.

Concernant le système méritocratique, l’évoquez-vous pour l’intégration de l’école ou pour un accès à une bourse ?