Pourquoi une Université régionale des métiers et de l’artisanat ?

« Ce n’est ni une université dans ses murs, ni une université virtuelle, mais une université de partenaires qui vise à mettre en cohérence l’offre de formation du secteur des métiers, en collaboration avec les pouvoirs publics, les branches, les organismes de formation, les IUT et les universités », a déclaré Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, lors de l’installation de l’Université régionale des métiers et de l’artisanat, le 21 mars dernier. Le point sur cette nouvelle instance avec le président de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat, Serge Crabié.

Quelle est l’ambition de cette nouvelle Université régionale des métiers et de l’artisanat de Midi-Pyrénées ?
Elle vise à répondre à quatre objectifs : accompagner l’évolution des emplois et des compétences, répondre aux besoins des entreprises en élevant les qualifications de leurs salariés, assurer le renouvellement des entreprises artisanales, notamment dans le cadre de reprises, et enfin, contribuer au développement de l’activité artisanale en Midi-Pyrénées. Ce projet, initié au national, a été porté par l’ensemble de l’assemblée permanente de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat (CRMA). Un travail très important puisqu’il a mobilisé les pouvoirs publics, les branches, les organismes de formation...

Concrètement, qu’est-ce que cela va changer ?
Nous sommes partis du constat suivant : 85% des formations dispensées par les huit centres de formation de la CRMA Midi-Pyrénées sont de niveau V, c’est-à-dire CAP. Cela constitue un socle important, mais ce n’est plus suffisant pour répondre aux besoins, tant des entreprises que des jeunes auxquels nous devons offrir la possibilité d’évoluer vers des niveau III, voire II. Notre premier travail a donc consisté à réaliser un diagnostic de l’offre de formation à l’échelle de l’ensemble du territoire régional et à mobiliser toutes les filières existantes au sein d’un réseau. Le but étant de pouvoir renseigner dès à présent les jeunes sur le fait qu’ils peuvent commencer leur formation dans tel ou tel département, la poursuivre ensuite dans tels autres, etc.

Est-ce que cela va entraîner la création de nouvelles formations ?
Oui bien sûr, et ce dès la rentrée prochaine. Avec le soutien financier de la Région, le concours des branches professionnelles qui ont exprimé leurs besoins et leur accord, et évidemment des organismes de formation et des université, l’offre va s’enrichir progressivement pour accompagner les jeunes qui souhaitent poursuivre leurs études. C’est une chance pour les jeunes, notamment ceux qui veulent créer ou reprendre un jour une entreprise (une Licence professionnelle Management d’entreprise artisanale est en projet) mais aussi pour les centres de formation qui augmenteront ainsi leur attractivité.

Il y a-t-il aujourd’hui des filières de formation plus porteuses que d’autres en Midi-Pyrénées ?
Du point de vue des jeunes, oui des filières tels que la restauration, les services, la coiffure... font le plein, mais en termes de débouchés aussi, les jeunes qui sortent de nos formations s’insèrent globalement très bien sur le marché du travail (75 à 80% trouvent un travail dans l’année qui suit la fin de leur cursus), l’alternance restant un bon moyen de combiner formation et insertion.
Propos recueillis par Ingrid Lemelle

Sur la photo : Serge Crabié, président de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat Midi-Pyrénées. DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Pourquoi-une-Universite-regionale-2465