Midi-Pyrénées est-elle « green » ?

Le cabinet de conseil en recrutement Michael Page vient de publier la première étude fonctions et rémunérations consacrée aux emplois verts. Soit l’analyse transversale de sept secteurs d’activité et de dix-sept métiers « green ». Zoom sur la région Midi-Pyrénées avec le directeur exécutif du bureau de Toulouse, Frédéric Benay.

L’engouement actuel pour l’écologie et le développement durable est-il perceptible en matière d’emplois en Midi-Pyrénées ?
Depuis deux ans, nous sommes il est vrai de plus en plus sollicités, même si cela est moins fort en Midi-Pyrénées que dans d’autres régions telle que PACA. D’ailleurs, si le marché du recrutement a globalement enregistré une baisse en 2009, la demande des secteurs marqués par les nouveaux enjeux du développement durable est restée très dynamique. Elle a représenté 10% de notre activité en 2009 contre 5% l’année précédente. Une demande soutenue par les acteurs locaux, mais aussi et surtout par le développement de projets portés par d’autres acteurs que ceux implantés en région.

Quels sont les professionnels les plus demandés ?
Comme au national, le secteur des énergies renouvelables est la locomotive de l’emploi vert en Midi-Pyrénées. On retrouve donc les deux fonctions phares de ce secteur que sont celles de chef de projet énergies renouvelables pour le montage en amont (surtout dans le photovoltaïque) et de commercial. La région se distingue en revanche par une présence peut-être plus marquée qu’ailleurs des secteurs du commerce équitable et du développement durable.

En termes de rémunérations, la demande croissante et la pénurie de candidats formés bénéficient-elles aux candidats ?
Dans certains cas oui, les entreprises étant parfois à la recherche d’expertises très rares et donc plus ouvertes à la négociation. Mais en règle générale, la « décote province » est pour les métiers verts la même que celle appliquée aux autres métiers, c’est-à-dire que les salaires sont en moyenne 10 à 15 % inférieurs en Midi-Pyrénées.

Michael Page envisage-t-il de faire des « emplois verts » une activité à part entière ?
Nous avons déjà développé une expertise sur cette tendance de fond et allons très certainement nous appuyer sur les résultats de notre étude pour l’enrichir. Nous avons un vrai rôle à jouer auprès de nos clients qui éprouvent souvent de grandes difficultés à trouver les bons profils, notamment en trouvant des passerelles entre fonctions et secteurs. Je pense à ce titre que le photovoltaïque peut constituer un très bon biais de reconversion pour certains salariés de Freescale.
Propos recueillis par Ingrid Lemelle

Lire l’étudeici

Sur la photo : Frédéric Benay, directeur exécutif du bureau Michael Page à Toulouse. Photo Hélène Ressayres - DS Média.

Réagir à cet article

Source : https://www.toulemploi.fr/Midi-Pyrenees-est-elle-green-939