ToulEmploi

Publié le lundi 16 février 2015 à 10h07min par Agnès Fremiot

Toulouse : un nouvel élan pour le Cours Rousselot Voltaire

Malgré ses cinquante années d’existence, le Cours Rousselot Voltaire a pris récemment un coup de jeune avec l’arrivée d’un nouveau directeur qui entend développer la formation professionnelle et introduire les nouvelles technologies dans ses techniques d’enseignement.

Fondé en 1962, le Cours Rousselot Voltaire (CRV) a démarré sa seconde vie en juin 2014, lors de sa reprise par Thierry Faba, spécialiste de la fusion acquisition, et membre du Club des jeunes dirigeants. Cet établissement présente la particularité d’être le seul à Toulouse hors contrat. « C’est ce qui m’a plu dans cette institution, c’est la liberté pédagogique, même si nous respectons les programmes et les examens de l’Éducation nationale », indique Thierry Faba. L’école compte trois domaines d’intervention différents : le lycée, des classes de BTS et la formation professionnelle continue, pour un effectif de cent-cinquante élèves et de vingt professeurs. « Dans les classes de lycée, nous avons opté pour des groupes de dix au maximum, afin de permettre une pédagogie différenciée. Nous nous adressons d’ailleurs principalement à des jeunes sortis du système à cause de problèmes personnels ou familiaux. Notre slogan est : donner une chance d’apprendre autrement. »

Un apprentissage de la démarche RSE

Au niveau BTS, le CRV compte des sections Management des unités commerciales (MUC) et des élèves en Comptabilité gestion des organisations (CGO), en formation initiale et en apprentissage. « Nous misons beaucoup sur la formation en alternance et nous établissons une vraie relation de partenariat avec les entreprises qui accueillent nos étudiants. Nous tenons à leur expliquer ce que les jeunes font en cours, et nous souhaitons optimiser notre collaboration dans l’intérêt des élèves », reprend Thierry Faba. Par ailleurs, le CRV insuffle également des notions de développement durable afin que les commerciaux formés par ce biais puissent s’intégrer dans une démarche RSE, car selon Thierry Faba ces profils seront très recherchés à l’avenir.

Les formations professionnelles, enfin, s’adressent principalement au monde du bâtiment avec des cours de français langue étrangère (FLE) destiné à des Roumains. « Nous entendons développer le créneau de la formation professionnelle à l’avenir. Nous souhaitons ainsi ajouter des formations liées au développement commercial et à l’encadrement des forces de vente, qui sont plus liées à mes spécialités professionnelles. Le management de la génération Y compte également parmi les sujets que j’aimerais développer. » D’ailleurs, le CRV souhaite développer ses pédagogies autour du gaming. « Nous avons déjà créé Volt’âges qui a pour objectif d’amener nos élèves à s’impliquer dans des choses qui ne sont pas valorisées habituellement dans les écoles, avec à la clé, le gain de volts. Nous instaurons ainsi les principes d’une coopération intelligente sous forme d’un jeu. Je travaille avec une entreprise au développement d’une application à ce sujet », conclut Thierry Faba.
Agnès Frémiot

Sur la photo : Thierry Faba a repris le Cours Rousselot Voltaire (CRV) en juin 2014. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.