ToulEmploi

Publié le lundi 29 août 2016 à 17h37min par Agnès Fremiot

Tonsor School, la première école de barbier toulousaine

Article diffusé le 9 novembre 2015

Hervé Boibessot, le barbier le plus connu de Toulouse, va transformer son salon de l’avenue de la Gloire en école. Il entend ainsi former les professionnels à l’art de la taille de la barbe et redonner ses lettres de noblesse à la coupe homme.

Hervé Boibessot est désormais connu pour avoir été le barbier du dernier Tour de France. Son salon de coiffure toulousain a également été classé parmi les dix meilleurs de France, par le magazine GQ. Il a aujourd’hui décidé de partager son savoir avec ses pairs, et sa première boutique, située avenue de la Gloire, va abriter, à partir du mois de janvier, des cours destinés aux professionnels de la coiffure. L’ouverture de cette école s’inscrit dans un projet plus global et ambitieux, Tonsor & Cie, mené avec David Ferrara, un entrepreneur toulousain. Il implique, en plus, l’ouverture d’un concept-store destiné aux hommes dans le quartier des Carmes. « Les clients recherchent un vrai savoir-faire, une qualité d’accueil, des soins et des techniques. Il y a une vraie culture liée à ce métier et conserver le salon pour l’intégrer dans notre projet présentait énormément d’avantages », souligne David Ferrara.

Coupe homme et barbe au programme

L’école a pour vocation de former, d’abord une semaine par mois, puis plus régulièrement, les coiffeurs à la coupe masculine, mais aussi au métier de barbier. « Nous avons en effet eu du mal à recruter un premier salarié, puis un deuxième, et nous nous sommes rendus compte que l’apprentissage de la coupe homme était devenu le parent pauvre de la coiffure », précise Audrey Boibessot, la femme et associée du barbier. « Nous avons d’abord créé l’école pour maîtriser notre filière de recrutement et former notre personnel, puis nous avons décidé de l’ouvrir à tous les professionnels de la coiffure. »

Cette formation non diplômante sera reconnue par la profession et habilitée par les organismes financeurs. Elle se déclinera sur cinq jours maximum, et par groupes de niveau (débutant, moyen et confirmé ). « Il faut du temps pour maîtriser les techniques du barbier. Nous souhaitons donc que les personnes reviennent se former à intervalles réguliers », reprend Audrey Boibessot. Il n’existait jusqu’alors aucune formation de ce type à Toulouse, et elles étaient rares, voire confidentielles en France, puisque les professionnels allaient jusqu’à Londres ou Rotterdam pour s’exercer.
Tonsor et Cie ayant vocation à se développer, la Tonsor School pourrait également devenir à l’avenir le centre de formation du groupe.
Agnès Frémiot

Sur la photo : Hervé Boibessot partagera ses savoirs à la Tonsor School. Crédit photo : Tonsor et Cie - Pierre Béteille. DR

1 Commentaire

Répondre à cet article