ToulEmploi

Publié le dimanche 5 avril 2015 à 16h50min par Ingrid Lemelle

Science politique : des programmes « sur mesure » et exclusivement toulousains

Attractives, parce qu’offrant d’intéressantes perspectives d’emploi, les formations en science politique sont peu nombreuses en Midi-Pyrénées. L’international et la sécurité constituent leurs spécificités.

Trois établissements dispensent une formation en science politique en Midi-Pyrénées. L’institut d’études politiques (IEP) de Toulouse, accessible sur concours, l’université Toulouse 1 Capitole (UT1), et l’Institut catholique de Toulouse (ICT). Les débouchés professionnels sont nombreux (mais non dénués de précarité au niveau des contrats ou des rémunérations…), et les diplômes élaborés sur mesure, après la L2. Finance, audit, conseil, communication, médias, culture, politique et fonction publique sont les secteurs recruteurs de diplômés, dont le signe distinctif (et recherché !) est « la structuration du raisonnement, oral et écrit », estime Philippe Raimbault. Le directeur de l’IEP de Toulouse note aussi que « l’insertion professionnelle s’effectue de plus en plus dans le secteur privé, à hauteur de 60% de nos étudiants ». L’internationalisation du cursus toulousain n’est pas étrangère à ce phénomène, et pour presque un tiers des diplômés, le premier emploi se décroche même au-delà des frontières. Ce qui renforce encore l’intérêt pour ces formations.

Une prépa quasi obligatoire

De fait, l’intégration en IEP devient de plus en plus difficile. C’est la raison pour laquelle la plupart des étudiants reçus au concours, issus de toutes les séries générales du baccalauréat, ont suivi une préparation. Par le biais d’organismes privés, en continu ou en stages intensifs, de l’institut catholique, de la prépa en ligne Tremplin, proposée par sept IEP (dont celui de Toulouse), pour leur concours commun, de celle du CNED, de l’université Champollion d’Albi, du lycée Rive gauche à Toulouse, ou au sein de leur lycée, pendant l’année de Terminale. Là, les professeurs sollicitent volontiers des élèves dont la curiosité intellectuelle s’accordera avec une capacité de travail soutenue… L’épreuve de sélection réunit en effet plus de 11.000 candidats chaque année, pour 1.100 places ! Un concours national. Ainsi, seulement 25% des étudiants de l’IEP de Toulouse sont Midi-Pyrénéens. Quoiqu’il en soit, aux frais de scolarité, modulés en fonction des revenus de 0 à 3.800 euros l’année, il faut parfois prévoir un logement « sur le parc privé », précise Philippe Raimbault. Idem pour ceux qui opteront pour la fac, puisque les sciences politiques en région sont exclusivement toulousaines !
Nathalie Malaterre

Plus d’infos sur "Les meilleures formations en Midi-Pyrénées" en cliquant ici.

Sur la photo : « L’insertion professionnelle s’effectue de plus en plus dans le secteur privé, à hauteur de 60% de nos étudiants », indique Philippe Raimbault, directeur de l’IEP de Toulouse. Photo IEP.


Les cursus en Midi-Pyrénées

A l’IEP  : parcours pluridisciplinaire en sciences sociales et économiques les deux premières années, 3e année à l’étranger, puis Master professionnalisant.
4 domaines au choix : métiers de l’action publique/ relations internationales/ médias et communication/ gestion des risques et lutte contre les discriminations. 5e année possible dans un autre IEP, si besoin d’une spécialisation non proposée à Toulouse.

A l’UT1 : Licence L3 Droit parcours science politique. Après une L1 et L2 de droit, d’économie, de sociologie, d’histoire, d’AES ou de philosophie, la L3 est axée sur les sciences politiques, sociales et juridiques. M1 Science politique ; spécialisation en M2 en « politique et sécurité » ou « relations internationales et politiques de sécurité ».

A l’ICT : Licence Droit parcours science politique. Parcours similaire aux IEP, sans séjour à l’étranger. Elle permet de tenter les concours d’entrée en 1re année ou Master de Sciences Po.