ToulEmploi

Publié le lundi 22 septembre 2014 à 19h34min par Agnès Fremiot

Quels sont les 80 emplois proposés par CGI à Toulouse ?

CGI a inauguré ses nouveaux locaux le 18 septembre, à Toulouse. L’occasion pour Laurent Gerin, vice-président Sud-Ouest de la société de revenir sur ses perspectives de recrutement à Toulouse.

Laurent Gerin, vous êtes vice-président de CGI Sud-Ouest, pourriez-vous nous présenter votre entreprise ?
CGI est la cinquième entreprise mondiale indépendante dans le secteur des TIC. Nous intervenons dans trois secteurs le conseil, l’intégration de systèmes et l’outsourcing. Nous comptons 68.000 collaborateurs dans 40 pays, répartis dans 400 agences. En France, CGI a 10.000 salariés, et pour la région Sud-Ouest qui se déploie de Bordeaux à Montpellier, nous employons 1.500 collaborateurs. Enfin, CGI à Toulouse représente 500 personnes, avec la création de cinquante emplois l’année dernière.

Combien de personnes allez-vous recruter cette année ?
Nous allons recruter 1.250 personnes au niveau national et 80 à Toulouse, 60 CDI et 20 apprentis.

Quelles sont les caractéristiques de vos recrutements ?
99% de nos collaborateurs sont en CDI. Pour 70% d’entre eux, nous sommes sur des profils de sortie d’école et dans 90% des cas des Bac + 5.
Nous ne recherchons pas uniquement des candidats issus des écoles d’informatique. Comme je me plais à le dire, nous souhaitons recruter des têtes bien faites, plutôt que des têtes bien pleines, d’autant que nos métiers évoluent très vite. Nous désirons que nos salariés soient capables de comprendre les métiers de nos clients. Parmi les écoles que nous affectionnons, il y a l’ENSEEIHT, l’INSA ou l’ENSIACET.

Quels sont les axes sur lesquels travaille CGI dans le cadre de l’emploi ?
Nous attachons énormément d’importance à la diversité. Nous travaillons notamment sur la parité. En moyenne, les entreprises informatiques emploient 20 à 25% de femmes. Chez CGI Toulouse, nous sommes à 46%. Nous cherchons maintenant à ce que cette parité se retrouve à tous les échelons de management. Nous avons également vocation à être un hub international avec plus de 25 nationalités différentes représentées dans l’entreprise. Enfin, nous développons notre politique handicap. CGI Toulouse comptera, d’ici la fin de l’année, 3% de personnel handicapé dans ses effectifs contre 1,2% en moyenne dans le secteur.

Quels sont les avantages à vous rejoindre ?
Nous offrons des perspectives de mobilité à la fois technologique, géographique et dans les métiers.

Que recherchez-vous chez vos collaborateurs ?
Une ouverture d’esprit, de la curiosité et l’intelligence collective, d’autant que notre feuille de route est axée sur le développement à l’international et la digitalisation de la chaîne de production.
Agnès Frémiot

Sur la photo : Laurent Gerin, vice-président de CGI Sud-Ouest. DR.

2 Commentaires

  • Le 23 septembre 2014 à 09:20

    Premièrement ENSEEIHT.
    Deuxièmement ils ne connaissent donc que les écoles toulousaines ?
    Troisièmement, en quoi la mobilité géographique est un avantage ?

    • Le 23 septembre 2014 à 11:50

      1- Entièrement d’accord, la mobilité géographique (qui est une obligation chez les SSII -ESN- sinon on est pas embauchés), est un frein pour les employés qui ont des familles. Et les SSII s’en servent pour dégager une personne indésirable en lui proposant un poste à Nantes, sachant que son fils est à la crèche et que sa femme vient d’avoir son CDI …etc.

      2- Si un freelance se présente, on le prend pour un boutonneux travaillant chez lui dans son coin, alors qu’au contraire il a 3 casquettes : Commercial (en cherchant des missions), Gestionnaire (avec les tracas administratifs) et Développeur (son coeur de métier).

      3- Ils préfèrent prendre des gens à la sortie de l’école car ils coûtent moins cher (23 k € sur Toulouse), alors qu’un confirmé (3 ans) tourne autour de 32-35 k €. Les perdants dans l’affaire ce sont les clients.

      Signaler ce message

      Répondre à ce message

Répondre à cet article