ToulEmploi

Publié le lundi 11 janvier 2016 à 08h49min par Isabelle Meijers

Pourquoi LGM Ingenierie a-t-il du mal à recruter à Toulouse ?

LGM Ingenierie prévoit de doubler son activité d’ici trois ans, et recherche, dès à présent, une dizaine d’ingénieurs. Pourtant, les recrutements sont difficiles. Explications avec Ghislain Nogues directeur des opérations de LGM Ingenierie pour la France.

Quels sont les développements attendus chez LGM Ingenierie à Toulouse ?
Le groupe LGM vient de déménager dans de nouveaux locaux à Toulouse, où notre laboratoire a triplé sa surface pour atteindre 400 m². Des investissements de 50.000 euros en matériel de mesure, d’intégration, d’outillage accompagnent ce transfert. Nos équipes de 25 personnes aujourd’hui doivent donc s’étoffer pour suivre l’expansion prévue, à la fois sur les conceptions d’équipements ou petites séries pour des laboratoires de recherche mais aussi sur la partie développement de bancs de test où nous sommes référencés chez Safran et prochainement Thales. Dix ingénieurs en conception de systèmes électroniques hardware ou architecture électronique sont recherchés à très court terme.

Pouvez-vous détailler les profils et les compétences demandées ?
Dans l’idéal, il faudrait une expérience d’au moins trois à cinq années dans le secteur, pas des débutants. Ce seront des ingénieurs ou techniciens qui devront être des collaborateurs productifs, en autonomie dès le début. Certains peuvent même prendre des responsabilités de pilotage de projets, avec un esprit de management, se retrouver face aux clients. Mais nous peinons à recruter malgré des salaires proposés cohérents avec les prix du marché, de 33.000 euros à 45.000 euros par an en fonction de l’expérience et la spécialité en architecture systèmes.

Pourquoi, selon vous, rencontrez-vous des difficultés à recruter ?
L’activité reprend et tous nos concurrents rencontrent ces mêmes problèmes. Il y a moins de circulation de candidats. De plus, les profils « hardware » sont moins courants que les développeurs de soft. Le marché est en tension. Enfin, le groupe LGM souffre d’un déficit de notoriété, nous en avons conscience. Nous sommes pourtant une société de 1000 personnes en national spécialisée dans le management et l’ingénierie de grands projets. Et l’implantation toulousaine du groupe compte trois filiales, dont LGM Ingenierie, qui au total devraient passer de 90 personnes aujourd’hui à 150 salariés d’ici trois ans. Notre turn-over à Toulouse n’est que de 5% annuellement. C’est dire si les carrières peuvent se faire en interne. Tous nos encadrants sont des anciens ingénieurs d’études.
Propos recueillis par Isabelle Meijers

Sur la photo : Ghislain Nogues, directeur des opérations de LGM Ingenierie. Photo hélène Ressayres - ToulEmploi.

Pour postuler :
www.lgmgroup.fr, rubrique recrutement

Après réception de la candidature par mail, une pré-qualification téléphonique est menée par les chargés de recrutement de LGM Group. Après validation, un entretien est organisé à Toulouse avec les responsables.

2 Commentaires

Répondre à cet article