ToulEmploi

Publié le lundi 27 novembre 2017 à 15h32min par Agnès Fremiot

L’Institut catholique de Toulouse se tourne vers l’avenir

L’Institut catholique de Toulouse, qui vient de célébrer son cent-quarantième anniversaire, se tourne résolument vers l’avenir. Il entend ainsi se développer géographiquement, mais aussi étoffer son panel de formations, au moment où de plus en plus d’étudiants le rejoignent.

Vénérable acteur de l’enseignement supérieur toulousain, l’Institut catholique de Toulouse (ICT) vient de fêter ses 140 ans. Il s’enorgueillit d’avoir gagné 200 étudiants en trois ans. Ils sont aujourd’hui 3700 à suivre les enseignements de ses cinq facultés et de ses dix organismes et instituts. « Nous avons connu de fortes poussées, particulièrement sur les filières en tension que sont la psychologie et le droit. Mais nous observons aussi une croissance de nos étudiants dans le Master enseignement formation, lequel prépare au métier de professeur dans les établissements privés », souligne Luc-Thomas Somme, son recteur.

Ses effectifs se répartissent à égalité entre les formations « classiques » en droit et en sciences humaines, et celles plus spécifiques dédiées à la théologie. Pour expliquer ce succès, le doyen de la faculté, met en avant la qualité des formations, mais surtout les bonnes conditions d’enseignement assurées aux étudiants. « Ils sont moins nombreux que dans des facultés classiques, nous pouvons donc les rassurer, eux et leurs familles, et leur proposer un accompagnement plus personnalisé qu’ailleurs. Nous comptons par exemple des tutorats, ainsi qu’un personnel administratif plus présent. Nos taux de réussite et d’insertion professionnelle plaident également en notre faveur. »

Un développement géographique à Montpellier

De plus, l’ICT est en mesure de proposer des innovations pédagogiques. « Du fait de notre taille, nous sommes réactifs pour mettre en place des cursus nouveaux », poursuit Luc-Thomas Somme. « Nous avons ainsi créé, en partenariat avec Toulouse 1 Capitole, un Diplôme Universitaire Droit et religions. Pour l’Institut Limayrac, nous avons lancé une Licence pro mention Métiers de la santé : nutrition, alimentation, parcours diététique, qui vient se positionner dans le prolongement de leur BTS et permet de rehausser les standards dans la discipline. » Parmi ces autres innovations, l’institut propose aussi aux étudiants en Licence des projets de créations d’entreprise, afin de préparer notamment ceux qui étudient le droit à leur futur statut libéral. Elle met également en avant sa Licence européenne Communication et information dispensée en trois langues.

A l’avenir, l’ICT entend élargir sa palette d’enseignements en s’intéressant cette fois aux sciences dures, et notamment à l’informatique avec dans le viseur l’ouverture d’une filière informatique appliquée à la gestion (équivalent au MIAGE). Mais elle souhaite surtout rayonner géographiquement. « Nous avons un potentiel d’action sur les trois métropoles du grand sud-ouest : Bordeaux, Montpellier et Toulouse », note Luc-Thomas Somme. « Avec la reforme territoriale, nous allons logiquement nous tourner vers Montpellier où nous avons des locaux pour développer nos formations. Cette expansion géographique est nécessaire de notre point de vue car il n’existe que cinq établissements de ce type en France et que nous sommes le seul installé dans le grand sud. »
Agnès Frémiot

Sur la photo, Luc-Thomas Somme, recteur de l’Institut catholique de Toulouse (ICT). Photo DR