ToulEmploi

Publié le lundi 22 mai 2017 à 10h35min par Audrey Sommazi

Organismes de formation : comment répondre aux exigences de Datadock ?

Plus qu’un mois pour s’inscrire sur Datadock, la base de données référençant les organismes de formation qui déclarent répondre aux critères six de qualité prévus par décret. Alain Rabary, patron de Val Software, éditeur de logiciels toulousain, en décrypte les enjeux.

Dans quel contexte la base de données Datadock a-t-elle été créée ?
La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale simplifie les démarches du chef d’entreprise, supprimant la contribution obligatoire de 0,9%. Les salariés sont aussi concernés. Qu’ils soient en en poste ou en recherche d’emploi, ils disposent d’un compte personnel de formation qui ne dépend plus de l’entreprise.
Cette loi modifie aussi le rôle des financeurs qui doivent désormais apporter des services. En effet, elle leur confie la responsabilité du suivi et du contrôle de la qualité des organismes de formation avec lesquels ils travaillent.

Comment ?
Les OPCA (Organisme Paritaires Collecteurs Agréés), associés à d’autres financeurs comme le Fongecif, ont décidé de se structurer en créant un outil d’aide de référencement : une base de données nommée Datadock. Ils ont déterminé vingt-et-un indicateurs permettant de valider le respect par les organismes de formation des six critères de qualité fixés par le décret du 30 juin 2015, entré en vigueur le 1er janvier dernier.
S’ils veulent obtenir des financements, les organismes de formation ne disposent plus que d’un mois, jusqu’au 30 juin, pour se faire référencer sur cette base de données.

Vous parlez du risque de la perte de financement mais quels sont les avantages de Datadock  ?
Il s’agit d’une labellisation des formations, référencées selon les compétences. Ce qui facilite le retour à l’emploi.

Quel est le rôle de Val Software, éditeur de logiciels pour les acteurs de la formation professionnelle, que vous dirigez ?
Le groupe est présent sur toute la chaine, à la fois dans le monde des OPCA, des DRH et des organismes de formation. Acteur connu, il est partie prenante dans les réunions ministérielles. Nous apportons un éventail de solutions pour répondre aux obligations légales.
Concrètement, nous avons fait évoluer notre logiciel baptisé AMMON.ERP.FORMATION créée il y a trois ans afin d’intégrer les nouvelles contraintes réglementaires, dont l’édition du nouveau bilan pédagogique et financier.
Cette évolution s’inscrit dans notre « Smart Software », un plan sur trois ans (2016 à 2018), dont le montant d’investissement est de 2 millions d’euros. Notre objectif est la montée en gamme de nos logiciels, d’amener de l’innovation, d’apporter de l’efficacité et de répondre à l’international.
Propos recueillis par Audrey Sommazi

Sur la photo : Alain Rabary dirige Val Software, qui emploie 60 salariés et dispose d’un portefeuille de 800 clients. Photo DR.