ToulEmploi

Publié le lundi 25 février 2019 à 18h20min par Ingrid Lemelle

Montpellier SupAgro, une grande école tournée vers l’international

Créé en 1848, l’Institut national d’études supérieures agronomiques de Montpellier est connu aujourd’hui sous le nom de Montpellier SupAgro. Cette grande école propose de nombreuses formations autour de l’agriculture, de l’environnement et de l’alimentation, et s’ouvre toujours plus à (...)

Avec ses trois campus (deux à Montpellier et un en Lozère), Montpellier SupAgro compte 1700 étudiants qui suivent diverses formations en lien avec l’agriculture, le développement durable et l’agroalimentaire. Cette grande école dispose notamment de deux cursus ingénieurs : Agronome, et Systèmes agricoles et agroalimentaires durables au Sud. Deux Mastères spécialisés, dont un en partenariat avec l’École de management de Lyon, sont aussi disponibles, ainsi que cinq Licences professionnelles. L’école propose également sept Masters universitaires, neuf Masters internationaux ouverts essentiellement à des étudiants étrangers et trois Mastères européens. Montpellier SupAgro est par ailleurs partenaire de trois écoles doctorales.

« Nous avons également un diplôme d’établissement sur la thématique de la vigne et du vin, un diplôme d’œnologue et, de par notre histoire, nous formons au Brevet professionnel agricole de Berger transhumant », précise Aurélie Chassagne, responsable du service Études et vie étudiante. « L’un des points forts de notre établissement, c’est son ouverture à l’international, à la fois dans le départ et dans l’accueil d’étudiants étrangers (entre 23 et 25% des effectifs). Cela crée un vrai brassage culturel et nos étudiants possèdent une forte mobilité. » À travers ses formations, l’école est certes tournée vers les pays du Sud, mais dispose également de partenariats avec l’Europe du Nord. Et pour réaliser les nombreux stages prévus dans les différents programmes, les étudiants bénéficient à la fois du réseau des alumni et des partenariats conclus par l’école à travers sa fondation et la création de chaires d’entreprises.

« Montpellier SupAgro est, selon Aurélie Chassagne, la deuxième école la plus demandée après AgroParisTech pour le diplôme d’Ingénieur Agronome. Mais l’école est aussi reconnue pour ses formations dédiées à la vigne et au vin, notamment son Mastère européen Vinifera », assure-t-elle. Par ailleurs, en dernière année, les élèves ingénieurs ont le choix parmi quinze options, ce qui permet aux diplômés de s’orienter vers différentes carrières, comme l’agroalimentaire, la vente, la finance, les bureaux d’études en environnement et en gestion de l’eau, dans des organisations professionnelles agricoles ou humanitaires. « À douze mois, 85% de nos diplômés sont dans l’emploi », conclut Aurélie Chassagne. Une école qui rejoindra Agrocampus Ouest à l’horizon 2020. Toutes deux seront alors regroupées au sein d’un établissement unique."
Paul Périé

Les frais de scolarité varient selon les formations, de 200 euros l’année pour les Masters et les Licences pro, à 1680 euros par an pour les cursus ingénieurs, et entre 1500 et 9000 euros pour les Mastères internationaux et européens.

Photo DR