ToulEmploi

Publié le lundi 15 avril 2013 à 19h43min par Ingrid Lemelle

Midi-Pyrénées : 82.600 besoins en main d’oeuvre en 2013

Au point mort le marché de l’emploi ? La dernière enquête Besoins en Main d’œuvre de Pôle emploi Midi-Pyrénées révèle que les entreprises régionales continuent au contraire à vouloir recruter et qu’elles sont bien résolues à le faire cette année.

82.600 projets de recrutement, soit des prévisions en très légère hausse par rapport à 2012 (+ 0,8%). Les résultats de la dernière enquête Besoins en Main d’œuvre (BMO), réalisée par Pôle emploi Midi-Pyrénées, sont une nouvelle fois à contre-courant de la tendance générale. Certes la demande d’emploi progresse dans notre région, comme ailleurs. Mais l’offre n’y faiblit en revanche toujours pas !

Les projets s’envolent dans l’industrie… mais s’effondrent dans la construction !

Mieux, après deux années consécutives de baisse, la proportion d’établissements envisageant d’embaucher augmente : 19,2% des établissements projettent ainsi de recruter cette année, soit une hausse de 1,5 point par rapport à l’année dernière. Le bassin d’emploi de Toulouse continue à rassembler une part importante des besoins recensés : 38% du total des projets d’embauche, soit le premier bassin de France en termes d’intentions d’embauche.

Si les activités de services concentrent toujours 60% des projets, c’est néanmoins à l’industrie (principalement aéronautique) que le marché de l’emploi doit toujours sa bonne tenue. Plus de 30% des établissements relevant des activités « matériel de transport », « métallurgie et produits métalliques », « équipements électriques, électroniques… » et « chimique, pharmaceutique » déclarent leur intention de recruter cette année. Les industriels projettent ainsi de créer 14% de postes de plus qu’en 2012 (près de 5.000 au total), un dynamisme à mettre en relation avec l’augmentation des projets des entreprises de services aux entreprises, en croissance de 4,3%, une partie des établissements de ce secteur travaillant précisément pour le compte de l’industrie.

Avec près de 8.000 projets déclarés, en hausse de 2,6%, le commerce résiste plutôt bien, à commencer par les commerce de détail. Les projections des entreprises de services aux particuliers restent, quant à elles, stables (+ 0,7%). La santé et l’action sociale, l’hôtellerie-restauration et les services à la personne confirment, à ce titre, leurs places dans le classement des principaux secteurs recruteurs de Midi-Pyrénées. En concentrant toujours 20% des intentions d’embauche, l’agriculture constitue également toujours la première famille professionnelle la plus demandée dans notre région, et ce même si le volume de projets recensés recule de 3,5%. Rien à voir cependant avec l’effondrement des besoins déclarés par les entreprises du secteur de la construction : - 13,7% en 2013 !

Globalement, les entreprises expriment donc bel et bien des besoins et leur désir de recruter. Leurs difficultés à le faire également, même si la hausse du nombre demandeurs d’emploi sur le marché du travail a atténué quelque peu la proportion de projets jugés difficiles. En 2013, les recruteurs estiment que 39% de leurs projets de postes seront compliqués à pourvoir, contre 45% l’an dernier.
Ingrid Lemelle

Plus d’infos sur www.observatoire-emploi-mp.fr

Sur la photo : Aides à domicile, aides ménagères et autres travailleuses familiales arrivent en tête des professionnels les plus demandés cette année en Midi-Pyrénées. Photo Fotolia.

Plus de projets, mais moins en CDI

En 2013, le CDI n’est plus le contrat le plus fréquemment proposé par les entreprises. « Dans un contexte de ralentissement économique (questionnement réalisé à fin 2012), les entreprises ont ainsi davantage recours à des CDD de moins de 6 mois pour pallier leur manque de visibilité, souligne Pôle emploi Midi-Pyrénées. Ce type de contrat représente 47% des projets et est notamment utilisé par les employeurs, pour des raisons de surcroît d’activité et de remplacement d’absences. Les créations de postes et les remplacements de départs font appel à des CDI mais également à des CDD de plus de 6 mois, ces derniers pouvant déboucher sur un CDI par la suite. »