ToulEmploi

Publié le dimanche 31 janvier 2016 à 08h51min par Valérie Ravinet

Le partenariat se tisse entre le secondaire et le supérieur en Midi-Pyrénées

Mieux préparer les élèves à l’enseignement supérieur, mieux les orienter ou réorienter, telle est la problématique à laquelle s’attellent en commun les acteurs régionaux de l’enseignement, à travers une nouvelle convention qui se veut ambitieuse.

122 lycées de l’académie de Toulouse, dont 21 lycées agricoles, ont répondu présents à l’invitation à signer la convention cadre « continuum Bac -3 Bac + 3 », le 19 janvier dernier. Objectif : rapprocher les enseignements secondaire et supérieur et faciliter le passage de l’un à l’autre.

Une convention qui fait suite à la charte académique initiée en 2014 entre le Rectorat, la Communauté d’Universités et d’Établissements Toulouse Midi-Pyrénées et la Direction Régionale de l’Alimentation de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF). « La nouvelle convention conforte notre partenariat et va plus loin », souligne Marie-France Barthet, présidente de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées. « Ce travail commun est nécessaire pour pallier les difficultés des jeunes. On n’attend plus que les étudiants le deviennent, on les soutient avant ».

Favoriser la réussite sur l’ensemble du territoire

« Il n’y a pas d’échec fatal, quelles que soient les origines sociales ou géographiques », confirme la rectrice. La réussite passe par une meilleure orientation des élèves, orientation réussie grâce notamment aux liens tissés entre les équipes pédagogiques. Les mondes de l’enseignement se rapprochent et développent des outils partagés, à l’instar d’un MOOC de découverte des études en psychologie conçu par l’université Jean Jaurès.

D’autres outils sont lancés : plateforme numérique pour mettre les acteurs en réseau, développement des suivis statistiques de cohorte qui permettent d’analyser le devenir des élèves, filière par filière, établissement par établissement, mise en place d’un comité de pilotage… Une « brique » dans la lutte contre le décrochage scolaire qui affecte quelque 150.000 jeunes par an au niveau national. Ils seraient 5000 en Midi-Pyrénées.
Valérie Ravinet

Sur la photo : De gauche à droite : Nadia Pellefigue, Vice Présidente de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Marie-France Barthet, présidente de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, Hélène Bernard, rectrice de l’académie de Toulouse, chancelière des universités et Marie Larroudé, chef de service formation et développement de la direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Crédits : UFTMP / Aurélie Garriga