ToulEmploi

Publié le lundi 23 novembre 2015 à 17h48min par Valérie Ravinet

Le management de l’excellence fait école en Midi-Pyrénées

L’entreprise toulousaine SCLE-SFE et l’usine Robert Bosch de Rodez seront à l’honneur du Forum Qualité & Performance ce jeudi 26 novembre à Toulouse. Distinguées à Bruxelles le mois dernier pour leurs pratiques de management, elles viendront partager leurs expériences.

Dans la recherche d’excellence en management, le modèle EFQM -European Foundation for Quality Management- est l’un des plus prisés par les entreprises soucieuses d’améliorer leurs performances. Pour ses utilisateurs, les bénéfices de ce modèle ne font aucun doute. « Le modèle permet de se poser les bonnes questions », explique Patrick Meillaud, directeur économique de l’usine Bosch à Rodez. « Il interroge sur les axes stratégiques, les produits, les services, les clients, le personnel… Tous les facteurs sont pris en compte ». Pas d’opposition, donc entre recherches de résultats financiers et conditions de travail ou entre qualité et innovation. C’est l’ensemble d’un système que l’on souhaite exemplaire.

« Le terme excellence est d’origine anglo-saxonne, la terminologie est un peu pompeuse en français ; on parle plutôt de pratiques exemplaires », indique pour sa part Christophe Jeay, responsable Qualité Environnement Sécurité et Système d’Information de SCLE SFE. L’entreprise toulousaine de 240 personnes, dirigée par Jean-François Revel, est une filiale de Cofely INEO groupe Engie, spécialisée dans les réseaux de transport d’électricité et de transport urbains et ferroviaires.

Une reconnaissance de haut niveau


Les récompenses obtenues à Bruxelles sont des reconnaissances de performances « durables, élevées et équilibrées ». Pour l’usine Bosch, ce sont à la fois la régularité d’évolution des résultats et la capacité à gérer efficacement le changement qui ont été reconnus. « Cette reconnaissance, à l’issue d’un processus d’évaluation rigoureux et sans complaisance par des évaluateurs externes de haut niveau, est celle du travail collaboratif de toutes les parties prenantes de l’entreprise, internes et externes », se félicite Patrick Meillaud.
Pour SCLE SFE, qui travaille à partir du modèle EFQM depuis 2006, cette première participation au concours a obligé l’entreprise « à challenger notre système de management, aller au-delà de nos évaluations à blanc et des évaluations officielles que nous sollicitons tous les 2 ans ». Finaliste, l’entreprise est fière d’avoir su fédérer ses collaborateurs autour de ce projet.

Travail en réseau

Le partage des bonnes pratiques est l’une des sources de progrès que les acteurs soulignent. « On s’accompagne mutuellement depuis des années », souligne Christophe Jeay. « C’est un travail collaboratif, le réseau nous permet de rester en veille sur les meilleurs pratiques du moment. Même retour de Patrick Meillaud : « Le principe du modèle, c’est « share what works ». Tout ce qui fonctionne pour une organisation peut s’envisager pour une autre, le partage est un enjeu de réussite, en particulier dans les secteurs ultra compétitifs comme celui de l’automobile qu’est le nôtre ». La participation à la journée de ce jeudi 26 novembre à Toulouse, organisée avec l’Afnor, apparait donc comme une évidence.
Valérie Ravinet

Sur les photos :
L’équipe SCLE SFE à Bruxelles à l’occasion de la remise des prix européens de l’excellence EFQM, Bruxelles, 22 octobre 2015 – Crédits DR
Écharpes blanches pour les représentants de l’usine Bosch de Rodez venus recevoir leurs récompenses. - Crédits DR

Contact, programme et inscription au Forum Qualité & Performance 2015 www.midi-pyrenees.cci.fr