ToulEmploi

Publié le lundi 26 octobre 2015 à 17h11min par Ingrid Lemelle

Le commerce de proximité veut recruter en Midi-Pyrénées

« Les dispositifs de recrutement/d’insertion et de qualification doivent être adaptés, mieux connus et rendus beaucoup plus opérationnels pour parvenir à concilier l’offre et la demande d’emploi dans le commerce de proximité. » Un message porté par l’Agefos PME Midi-Pyrénées.

« Petits commerces… grandes ambitions ! » Tel était le mot d’ordre, ce mardi 20 octobre 2015 à Toulouse, lors de la manifestation organisée par l’Agefos PME Midi-Pyrénées. Une centaine de partenaires, branches professionnelles et autres entreprises adhérentes de l’Opca se sont réunis pour découvrir les résultats de l’Observatoire régional emploi-formation du commerce de proximité. Mais surtout échanger sur les difficultés et les attentes. Changement de comportement des consommateurs, progression du e-commerce et des "drives", intensification du paysage concurrentiel et des contraintes réglementaires… autant de mutations auxquelles les TPE et PME du secteur doivent en effet faire face.

L’état des lieux réalisé par l’Agefos PME témoigne qu’elles y sont parvenues tant bien que mal ces dernières années. En dépit des difficultés conjoncturelles, les "petits" commerçants sont certes restés dynamique (306 créations d’établissements en 2014), dans la région. Ils ont par ailleurs conservé un niveau de recrutement élevé (8065 projets en 2014). L’étude rapporte également que "les conditions d’embauche paraissent meilleures que dans d’autres secteurs (plus de CDI, de temps complet)" (voir infographie), mais "des situations de travail complexes en matière d’articulation des temps des salariés (plages horaires plus larges, ouvertures dominicales…)". Des contraintes qui participent à la difficulté pour les employeurs de recruter et de fidéliser leurs salariés.

Des dispositifs plus opérationnels

"L’étude nous révèle aussi que la formation initiale est une clé d’entrée importante", souligne l’Agefos PME, "et que les entreprises privilégient les formations professionnalisantes et qualifiantes. Le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation sont alors particulièrement indiqués, quand ces formations abordent précisément les techniques métiers (CQP par exemple), et moins lorsqu’elles sont généralistes." Un point central de l’observatoire. En effet si le secteur reste particulièrement attractif auprès des étudiants (chaque année, près de 12.000 élèves sont formés dans le domaine du commerce, en Midi-Pyrénées), les cursus choisis ne correspondent pas toujours à la réalité des besoins.

Alors que les employeurs privilégient l’alternance, 83% des jeunes optent pour la voie scolaire. Tandis que l’insertion professionnelle se révèle plus aisée pour les détenteurs de diplômes spécialisés (de type CAP employé de vente), la majorité des parcours sont généralistes et de niveau égal ou supérieur au Bac. Cette adéquation de l’offre de formation aux besoins des entreprises a bien sûr été au cœur des débats de la rencontre du 20 octobre. Partenaires sociaux, institutionnels, représentants de l’État et entreprises se sont ainsi accordés sur un ensemble de mesures qui doivent permettre au secteur de poursuivre son développement. En adaptant notamment les dispositifs de recrutement et d’insertion, de type Préparation opérationnelle à l’emploi. "Ils doivent être rendus plus réactifs et plus opérationnels afin de concilier au mieux, l’offre et la demande d’emploi", conclut l’Agefos PME.
Ingrid Lemelle

Image tirée de « Observatoire régional du Commerce de proximité : l’emploi et la formation en Midi-Pyrénées ». Agefos PME 2015.