ToulEmploi

Publié le lundi 29 septembre 2014 à 17h41min par Nathalie Malaterre

Le bassin aéronautique ariégeois forme pour recruter

En Ariège, depuis 2007, des entreprises du secteur aéronautique mutualisent leurs besoins et leurs moyens pour former elles-mêmes, puis intégrer dans leurs ateliers, des demandeurs d’emploi.

27 demandeurs d’emploi ont fait leur rentrée chez Recaero Formation. Avec la certitude d’une nouvelle carrière à l’issue de ce cursus très particulier. C’est la septième session qui est ainsi organisée. Parce qu’elles étaient confrontées à des difficultés de recrutement. Un paradoxe dans une Ariège où le chômage pointe à 12%. Les entreprises de l’aéronautique du bassin de Mazères ont donc décidé de former elles-mêmes leurs futures recrues. Une offre qui les rend à la fois plus attractives et qui sécurise leurs embauches : en faisant appel à des demandeurs d’emploi de leur territoire, elles minimisent le risque de les voir partir.
Quatre formations qualifiantes sont proposées pour des opérateurs de commande numérique, des chaudronniers, des mouleurs stratifieurs et des ajusteurs monteurs. Autant de métiers pour lesquels les 27 personnes en formation ont pu tester leur capacité d’adaptation via la MRS (méthode de recrutement par simulation) de Pôle emploi. Et qu’ils intègrent avec un contrat de professionnalisation d’un an.

Un dispositif inscrit dans la durée

Initiée en 2007, cette formation se déroule chaque année, voire deux fois l’an selon les besoins des entreprises, et une centaine de personnes ont pu en bénéficier. Le process consiste pour les entreprises, Recaero en tête, mais également Maz’Air, Aubert et Duval etc., à faire le point sur leurs besoins, puis à mutualiser leur demande auprès de Pôle emploi qui sélectionne les candidats, les teste via la MRS, les reçoit en entretien, puis les retenir ou non pour la formation : « Nous sommes des petites structures et la mise en commun de nos moyens nous fait gagner du temps » , explique Christelle Pobeau,directrice des ressources humaines de Recaero, l’entreprise dans laquelle les formations sont dispensées. Le dispositif connaît un tel succès que Recaero a constitué une filiale en juin dernier, Recaero Formation, pour le pérenniser. Ce sont ses salariés, épaulés de quelques retraités, « qui ont la fibre de la transmission », qui dispensent les formations. Des cursus qui courent sur trois mois et demi au bout desquels chacun intègre l’entreprise qui l’a embauché.

Un CDI à la clé

Dans la quasi-totalité des cas, le recrutement se transforme en CDI. Tandis que l’apprentissage va se poursuivre au fil des ans : « Nous continuons de les faire monter en compétence après leur embauche parce que nous avons besoin de personnels hautement qualifiés », explique Christelle Pobeau. Elle se félicite d’avoir résolu avec une solution originale la problématique de postes vacants sur des métiers en tension. Et dans une zone où l’offre d’enseignement ne peut a priori être satisfaite au regard de la démographie. Cette formation inter-entreprises permet, en outre, de personnaliser le cursus au plus près des spécificités de chaque établissement recruteur. Pour les intéressés, surtout s’ils ne sont pas domiciliés dans l’Ariège, « il faut faire connaître auprès de Pôle emploi son intérêt pour ces formations », encourage Christelle Pobeau. Et bienvenus dans l’Ariège !
Nathalie Malaterre

La formation est dispensée dans les locaux de Recaero Formation, nouvelle filiale de la société spécialiste de la rechange aéronautique. Photo Thierry Benamoun - Recaero DR.

1 Commentaire

  • Le 9 octobre 2014 à 18:44 , par M.VIGIER

    Bonjour
    J ai pris connaissance avec beaucoup d interet de votre article .
    Le seul probleme est qu il comprend un certain nombre d inexactitudes .
    Vous avez oublié de mentionner que cette action , 3e du nom, est pilotée et initiée par l Union Patronale de l Ariege et labellisée par Aerospace Valley , entre autres .
    Je me tiens à votre disposition pour une meilleure information de vos lecteurs . Tel : 05 61 02 98 80 .
    Salutations

Répondre à cet article