ToulEmploi

Publié le lundi 21 octobre 2019 à 16h00min par Paul Périé

L’Ifria, porte d’entrée vers un secteur qui recrute

Depuis plus de 20 ans, l’Ifria forme les apprentis de la filière agroalimentaire. En Occitanie, treize formations sont disponibles pour répondre aux besoins d’un secteur en manque d’attractivité.

La filière agroalimentaire est l’un des principaux employeurs d’Occitanie, et ce sur l’ensemble du territoire. Malheureusement, les entreprises, essentiellement des TPE/PME, peinent à attirer des profils qualifiés. C’est pour cette raison que la profession a créé dans les années 1990 l’Ifria, un organisme de formation de branche appelé à mettre en place des formations adaptées aux besoins.

« En région Occitanie, il y a eu un développement différent des antennes de Toulouse et Montpellier, en raison des besoins différents des industriels implantés dans les deux anciennes régions », explique Coraline Nanche, directrice de l’antenne toulousaine de l’Ifria Occitanie, qui s’est récemment installée au Marché d’Intérêt National Toulouse Occitanie « afin d’être au plus près de la réalité des métiers ».

Près de 95% d’insertion pro

Conçu comme un réseau, l’Ifria propose des formations en alternance, du CAP au Bac +5, grâce à des partenariats avec différents établissements de la région. Le CFA Agricole du Gers par exemple, à Auch, ou encore l’École d’ingénieurs de Purpan de Toulouse ou le lycée Alexis Monteil de Rodez. « Nous sommes comme des CFA sans mur », insiste Coraline Nanche. « Les apprentis sont rattachés au CFA Ifria tout en suivant leur formation sur l’un de nos dix sites partenaires. » L’ensemble des métiers de la filière est couvert : production, qualité/Innovation/R&D, commerce/marketing, maintenance et management/distribution. Et le taux d’insertion professionnelle approche les 95%. À la rentrée 2019, près de 360 apprentis se sont inscrits à l’Ifria Occitanie, qui accueille chaque année 150 jeunes.

À noter que l’Ifria dispense aussi des formations professionnelles au sein même des entreprises. « La formation se fait alors sur poste », indique Coraline Nanche.
Paul Périer

Sur la photo : Les étudiants en L3 Commerce et vente dans les industries agroalimentaires à Purpan. Photo Ifria.