ToulEmploi

Publié le lundi 9 octobre 2017 à 18h40min par Agnès Fremiot

L’IAE devient Toulouse School of Management

Pour appuyer une ambition nationale et surtout internationale, l’IAE est devenue, le 6 novembre dernier, Toulouse School of Management (TSM). Si tout se transforme, rien ne se perd, d’après le slogan créé pour appuyer ce changement d’identité.

L’IAE n’est plus, vive Toulouse School of Management (TSM). Après soixante ans de bons et loyaux services, l’école de management de Toulouse change d’identité. « Pourquoi changer ? C’est dans la nature des organisations pour conserver une position pérenne. Le marché de l’enseignement supérieur est un marché de marque. Au travers du nom TSM, nous revendiquons à la fois notre appartenance à Toulouse et notre discipline, le management », a expliqué Henri Penan. Le directeur de l’école s’est également félicité de « disposer d’un projet scientifique et pédagogique au cœur d’une université d’excellence ».

« Derrière le changement de nom, il y a un changement de cap, qui est le fruit de la réflexion de tous. Il y a la volonté de faire que la stratégie de TSM dépasse les frontières et que son attractivité se développe. Le succès de TSM sera aussi celui de l’université », a précisé, de son côté Corinne Mascala, la présidente de Toulouse 1 Capitole. Ce nouveau nom matérialise donc une volonté de créer une marque lisible à l’international. Déjà reconnue au niveau régional et national, l’école entend désormais rayonner au delà des frontières.

Des objectifs à trois ans

Cette stratégie, elle la mène depuis cinq ans, en recrutant des enseignants chercheurs de réputation internationale, et en installant des cycles entièrement en anglais. « Nous souhaitons mettre en place une offre de formation avec des caractéristiques internationales. Nous comptons déjà, dans chacune de nos filières, au moins un parcours complet en langue anglaise. 300 étudiants sont déjà en mobilité et nous souhaitons doubler ce chiffre d’ici à trois ans. Nous voulons attirer de nouveaux enseignants chercheurs et aller chercher les meilleurs étudiants au niveau régional, national et international », poursuit Henri Penan.
Le projet scientifique est également au cœur de cette stratégie tournée vers l’étranger. TSM dispose d’une des rares équipes de recherche en gestion française (elles sont quatre) et une école doctorale de niveau international. La marque se déclinera d’ailleurs avec TSM Research, TMS Doctoral programme, et TSM Alumni Network.

L’école forme chaque année 2900 étudiants dans des cursus de niveaux Licence, Master et Doctorat, en alternance, en formation initiale et continue. Elle compte 80 enseignants-chercheurs, 35 intervenants professionnels, et 20.000 diplômés. D’ici trois ans, elle entend rééquilibrer le recrutement de ses étudiants pour arriver à une proportion de 70% issus du bassin Occitanie et 30% à l’échelon national. 20% de ses professeurs sont étrangers ou ont été en poste dans des établissements internationaux, l’objectif est d’atteindre les 35% à la même échéance. « Rien ne se perd, tout se transforme, nous souhaitons que TSM croisse sur des bases solides posées par l’IAE », a conclu Henri Penan.
Agnès Frémiot

Sur la photo : Les étudiants de l’IAE devenue TSM s’approprient leur nouvelle identité. Photo DR.

1 Commentaire

  • Le 10 octobre à 16:02 , par TRC

    Institut d’Administration des Entreprises était un nom un peu désuet, mais est-ce en suivant des modes que l’on se place devant ? Non forcément on se retrouve derrière et on perd son âme au passage.

    Ici, c’est la mode de l’anglicisation des termes ou de l’utilisation du mot management (déjà un peu vieilli d’ailleurs) comme si cela changeait la visibilité de l’école dont on retiendra uniquement les initiales à terme. Quant à penser que des étudiants étrangers qui veulent venir en France ne comprennent pas le mot « Ecole » c’est vraiment leur faire injure.

    L’originalité des IAE dont j’ai été élève était justement de ne pas être seulement une école de management (ce qui n’est en rien une science mais une pratique) mais aussi une école de bon niveau économique et social. Bref un nom en Français et mettant en valeur cette richesse aurait été une bien meilleure idée : ce sera peut-être fait dans 10 ans quand la mode aura changée !

Répondre à cet article