ToulEmploi

Publié le lundi 18 mars 2019 à 14h22min par Ingrid Lemelle

L’École des mines Albi-Carmaux innove

25 ans et résolument tournée vers l’avenir ! L’École des mines Albi-Carmaux s’est récemment dotée d’un Fab Lab, et élargit sa palette de nos formations afin de répondre aux besoins de demain des entreprises.

En 2018, l’École des mines Albi-Carmaux a fêté ses vingt-cinq ans ! Un établissement qui accueille 970 élèves tous parcours confondus chaque année, dont 20% d’étudiants internationaux et 40% de femmes, un record pour une école d’ingénieurs. Elle compte quatre domaines d’expertise : Ingénierie des matériaux avancés et des structures, Eco-activités et énergie, Bio-santé-ingénierie et Génie industriel, processus et système d’information. Quant au diplôme d’ingénieur, il peut aussi bien être préparé par la voie classique (choisie par 75% des étudiants) que celle de l’apprentissage.

Pour célébrer son anniversaire, l’école s’est notamment dotée d’un nouveau bâtiment dédié à l’innovation, inauguré le 11 octobre dernier. Cet espace collaboratif héberge les travaux pratiques, mais aussi l’incubateur de l’école et un Fab Lab. « Il est situé physiquement à mi-chemin entre l’établissement et la Technopole d’Albi, et nous avons choisi symboliquement de l’ouvrir des deux côtés. Il est par conséquent accessible aussi bien aux étudiants qu’aux entreprises. Il incarne ainsi parfaitement nos missions : la formation, la recherche, le développement économique, et la diffusion industrielle et technique », se réjouit Narendra Jussien, son directeur.

Une nouvelle option autour de l’énergie

Un nouveau parcours a également vu le jour à la rentrée : Transition numérique et énergie. Il s’inscrit dans le domaine Éco-Activité et Énergie, et vise à comprendre la manière dont la transition numérique affecte le secteur de l’énergie, aussi bien dans les solutions techniques et technologiques, que dans leur impact sur la création de nouveaux services et de nouveaux métiers. « Nous sommes à l’ère des compteurs connectés, des smart grid, des villes intelligentes… Nous nous devions donc d’ouvrir la palette de nos formations afin de répondre aux besoins de demain des entreprises. S’il s’agit pour le moment d’une option dans un parcours, nous n’écartons pas d’en faire une filière à l’avenir », note Narendra Jussien.

Le Master IT Applied in Air Transport (Itaat), qui s’intéresse au numérique appliqué au transport aérien a également vu le jour, en collaboration avec dix-sept partenaires et six pays, principalement de l’Est. « L’idée était de faire le pont entre le monde universitaire et le secteur aéronautique. »
Agnès Frémiot

2150 euros par an le cursus ingénieur

Photo DR.