ToulEmploi

Publié le samedi 3 octobre 2015 à 18h08min par Ingrid Lemelle

L’Adrar fait une rentrée très numérique

L’Adrar a été l’un des premiers organismes à se porter “candidate” à la labellisation de la Grande École du numérique, officiellement lancée par le gouvernement le 17 septembre dernier. Elle s’est adaptée pour ce faire au public ciblé par cette école d’un nouveau genre.

“Nous sommes un organisme de formation, pas une école”, tient à préciser d’emblée, Jérôme Chrétienne. Une nuance importante pour le responsable du secteur tertiaire et informatique de l’Adrar, la structure toulousaine s’adressant “plutôt à un public demandeur d’emploi faiblement qualifié”. Autrement dit à la cible que vise la Grande École du numérique. Lancée il y a quelques jours par le gouvernement, elle ambitionne certes de permettre à des personnes sorties du système scolaire ou sans emploi, de bénéficier d’une formation diplômante, et donc potentiellement d’un métier dans un secteur porteur : le numérique. Une structure qui aura la particularité d’être constituée d’une multitude de formations labellisées*. Des "fabriques" qui pourront être très variées, dans leur forme comme leur pédagogie, dès l’instant ou elles conduisent à l’insertion professionnelle.

Une sélection soignée

“Or c’est précisément ce qui nous guide ! Depuis plusieurs années déjà, nous avons fait évoluer nos méthodes et les contenus pédagogiques de nos formations en informatique, et surtout nos process de sélection, afin que toutes les conditions soient réunies pour mener nos stagiaires à la réussite.” L’Adrar soigne ainsi son recrutement. “Lettre de motivation, CV, participation à des sessions d’information collectives, tests écrits, mise en situation… nous permettent d’évaluer aussi bien le niveau que les traits de personnalité des candidats, un dernier point très important puisque nous en tenons compte lors de la constitution des groupes.” Ils sont ensuite responsabilisés pendant leur cursus. “Chaque module donne lieu à la désignation d’un stagiaire “référent technique”, et de deux ou trois stagiaires “rédacteurs” de la synthèse des cours relatifs à ce module. Et ce, à tour de rôle, ce qui facilite beaucoup l’assimilation des enseignements.”

Une approche originale qui semble faire ses preuves : “85% de réussite aux examens et 83% d’insertion professionnelle”, indique Jérôme Chrétienne. Cette méthodologie a séduit le Conseil régional, qui a notamment retenu le centre dès le printemps pour faire partie des premiers acteurs de l’École régionale du numérique. Deux cursus seront plus particulièrement proposés : celui de développeur d’applications numériques Web, objet, mobile, et celui de technicien support systèmes et réseaux. Leur durée peut être variable en fonction du niveau des candidats. Autre avantage, les entrées seront proposées plusieurs fois dans l’année !
Ingrid lemelle

*La date limite de dépôt des dossiers du premier appel à labellisation est fixée au 19 octobre prochain.

Sur la photo : Jérôme Chrétienne, responsable du secteur tertiaire de l’Adrar. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi